JAMBA - 26/10/2005

Annonceur: 
JAMBA
Produit/Service: 
Logos et sonneries
Média: 
Magazine
Télévision
Critères d'examen: 
Véracité
Légalité
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Informatique et télécommunication
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mercredi, 26 octobre 2005
Description de la publicité

Un spot TV montre un personnage d'animation avec casque à écouteurs dansant derrière une platine tourne-disque pendant que la mention DJ Albert Motár apparaît au-dessus.
Trois sonneries sont proposées avec la mention du code, le numéro raccourci, ainsi que l'adresse du website et le numéro de téléphone du service clientèle. Voix masculine: “Download nu DJ Albert Motár op uw gsm in een voordelig jamba abonnement.” Ensuite les trois sonneries sont présentées. A droite sur l'écran apparaît un gsm avec une petite case dans laquelle est mentionné: 3488, 2 €/S.M.S, MAX. 2/WEEK. Voix masculine: “de grappigste beltonen en veel meer vind je op jamba.be.”

Un spot TV montre un personnage d'animation avec casque à écouteurs dansant derrière une platine tourne-disque pendant que la mention DJ Albert Motár apparaît au-dessus.
Trois sonneries sont proposées avec la mention du code, le numéro raccourci, ainsi que l'adresse du website et le numéro de téléphone du service clientèle. Voix masculine: “Jamba, daar is hij weer. Download nu DJ Albert Motár op uw gsm in een voordelig jamba abonnement. Dit moet je gewoon hebben!” Ensuite les trois sonneries sont présentées. A droite sur l'écran apparaît un gsm avec une petite case dans laquelle est mentionné: 3488, 2 €/S.M.S, MAX. 2/WEEK. Voix masculine: “sms nu naar 3488 voor het beste voor je gsm.”

Un spot TV montre un personnage d'animation avec casque à écouteurs dansant derrière une platine tourne-disque pendant que la mention DJ Albert Motár apparaît au-dessus.
Trois sonneries sont proposées avec la mention du code, le numéro raccourci, ainsi que l'adresse du website et le numéro de téléphone du service clientèle. Voix masculine: “Jamba, daar is hij weer. Download nu DJ Albert Motár op uw gsm in het voordelige jamba abonnement. Dit moet je gewoon hebben!” Ensuite les trois sonneries sont présentées. A droite sur l'écran apparaît un gsm avec une petite case dans laquelle est mentionné: 3488, 2 €/S.M.S, MAX. 2/WEEK. Voix masculine: “Jamba, alleen het beste voor jouw gsm.”

Une annonce publicitaire montre plusieurs logos, images, jeux, clips et sonneries. Texte au-dessus à gauche: “Downloaden was nog nooit zo makkelijk! Ga ervoor en abonneer je nu bij Jamba! – SILVER* B.v. je wil “Que Viva La Vida” als polytoon in je pakket, sms “P540” naar 3488*. Je ontvangt je bestelling onmiddellijk! Hulp nodig? info@jamba.be of bel 02-2900242. Voor geschikte toestellen kijk op www.jamba.be.” La première astérisque renvoie au texte suivant: “Minderjarig? Vraag toestemming aan je ouders!”
La deuxième astérisque renvoie au texte contenant des informations concernant l'offre, la procédure de résiliation ainsi que les coordonnées de l'annonceur.
En-dessous à gauche dans une petite case est mentionné: 3488 - 2.00 €/S.M.S – max. 3/week.

Motivation de la plainte

Cette publicité dans un magazine pour jeunes est trompeuse, car en téléchargeant une sonnerie, un abonnement est activé, ce qui n'est pas clair dans l'annonce. Le spot TV ne mentionne pas clairement le prix. Les caractères sont beaucoup trop petits et souvent trompeurs.

Position de l'annonceur

Concernant les spots TV, l'annonceur a fait savoir qu'il respectera les directives GOF et qu'il fait par ailleurs usage des spots de 30 secondes de manière conséquente afin d'être sûr que le client dispose d'assez de temps pour lire les conditions de vente de 3 lignes maximum. Il conteste le fait qu'on devrait payer pour annuler la service et il a expliqué qu'il s'agit d'un abonnement sans engagement, ce qui permet au client de le résilier à tout moment, sans frais, en envoyant STOP par sms au shortcode, en envoyant un e-mail ou en téléphonant à la hotline, le tout au tarif-opérateur normal. Selon le type d'appareils compatibles, il a expliqué que vu le nombre de modèles proposés sur le marché, seuls les modèles les plus populaires apparaissent à l'écran. La liste entière est disponible sur son site Web. Concernant le fait qu'on doit pouvoir télécharger tous les produits à concurrence de 80%, il a affirmé que cela n'est certes pas mentionné explicitement dans le spot vu la place limitée et vu le fait que cela serait dommageable à la transparence générale. Il suppose que le consommateur disposant d'un ancien GSM à écran noir/blanc sait qu'un logo en couleur ne fonctionnera probablement pas. Il a expliqué que dans le sms de confirmation, la nécessité de pouvoir télécharger est soulignée.

Concernant l'annonce imprimée, l'annonceur a affirmé que le reproche selon lequel seul un public jeune serait visé, n'est pas fondé car il place aussi les annonces dans des magazines destinés à un public adulte. Il a souligné également que la mention “Minderjarig? Vraag toestemming aan je ouders!”est indiquée en caractère normal et en gras. Il a reconnu que cette mention ne donne aucune garantie selon laquelle la permission a été demandée aux parents, mais qu'on peut quand même supposer qu'un jeune qui reçoit un GSM, reçoit également des indications précises concernant son usage. Enfin, il a précisé qu'il est flexible quand il y a des indications selon lesquelles un jeune a agit de manière inconsciente.

Décision du Jury

Le Jury a examiné les 3 spots TV et les annonces.

Concernant les spots TV, le Jury a remarqué que ceux-ci ne font pas mention de l'adresse géographice du vendeur, ce qui est contraire à l'art. 78 LPC, ainsi qu'aux directives GOF. Le Jury a par conséquent formulé à l'annonceur une recommandation de modification de ces spots TV de manière à ce qu'ils soient rendus conformes aux dispositions susmentionnés et à défaut de ne plus diffuser les spots en Belgique.

Concernant l'annonce, le Jury a constaté qu'elle fait mention d'un abonnement en haut en petites lettres ainsi qu'en bas en plus petites lettres encore (“abo.”). Vu que l'annonce contient une très grande offre, le Jury peut comprendre que les jeunes soient pris au dépourvu par la quantité et qu'ils ne se rendent pas compte du fait que s'ils envoient un sms, un abonnement est activé, et ce d'autant plus qu'il existe beaucoup d'offres similaires sans activation d'un abonnement. Pour éviter tous les risques de confusion ou de malentendus, et sur la base de l'art. 23 LPC et l'art. 5 du code ICC, le Jury a formulé à l'annonceur une recommandation de modification de l'annonce tendant à accentuer clairement qu'il s'agit d'un abonnement et à défaut de ne plus diffuser les annonces.

L'annonceur a fait savoir qu'il respectera les recommandations du JEP et a communiqué le spot TV et l'annonce modifiés.

Le Jury a constaté que dans le spot TV, l'adresse géographique est mentionnée et correspond donc à sa recommandation.

Concernant l'annonce modifiée, le Jury a constaté que toute l'information textuelle a été placée en bas et que la procédure d'annulation et l'adresse géographique sont mentionnées. Le Jury a cependant été d'avis que cette annonce pouvait encore générer certains malentendus sur certains points. Il a donc demandé à l'annonceur d'une part d'accentuer le fait qu'il s'agit d'un abonnement et d'autre part de reprendre le caractère de l'annonce précédente concernant l'explication figurant à côté de l'astérisque.

L'annonceur a ensuite communiqué une autre annonce modifié qui satisfait à la recommandation du Jury et pour laquelle il n'a donc pas formulé d'autres remarques.