HOYA LENS - 19/12/2006

Annonceur: 
HOYA LENS
Produit/Service: 
Lunettes résistantes
Média: 
Magazine
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 19 décembre 2006
Description de la publicité

L'annonce montre le visage totalement griffé d'une jeune fille, avec des roses à l'arrière-plan.
Texte : « De meest krasbestendige brillenglazen ooit. Hoya Super Hi-Vision”.

Motivation de la plainte

Cette annonce montre le visage d'une jeune fille, griffé jusqu'au sang. Cette publicité exploite commercialement le problème délicat de l'auto-mutilation et des griffes chez les jeunes filles et ridiculise ce problème.

Position de l'annonceur

L'annonceur a expliqué que son groupe-cible est double : d'une part les opticiens indépendants et d'autre part les consommateurs. Le but de la campagne est de faire connaître la marque Hoya auprès des consommateurs et de soutenir les opticiens dans leur mission de conseil auprès des consommateurs. Pour accroître la notoriété d'une marque relativement peu connue, l'annonceur a opté pour une image de campagne pleine d'impact qui est facilement interprétable et qui, avec un clin d'œil, donne une indication sur le message que veut délivrer Hoya. Les roses, un visage plein de griffes et des lunettes résistantes sont des éléments de la campagne qui se font directement remarquer. Le simple mais néanmoins lapidaire headline explique ensuite immédiatement sur quoi porte cette publicité. Les griffes sur le visage du modèle symbolisent la résistance des lunettes Hoya Super Vision. La présence abondante de roses explique l'origine des griffes sur le visage du modèle. L'annonceur a expliqué qu'en choisissant la rose comme symbolique, il aspire à une association générale avec la nature, la beauté, l'amour, l'amitié…. bref, Hoya est une marque qui porte les valeurs positives de la vie. Il a souligné que les épines d'une belle rose sont loin de la destruction, de l'auto-mutilation et ne sont pas agressives.

Décision du Jury

Le Jury a estimé que cette publicité n'est pas de nature à être perçue comme une exploitation commerciale de l'auto-mutilation ou qu'elle ridiculise cette problématique. Il est d'avis qu'il est clair que les griffes sont causées par les roses à l'arrière plan, constituant clairement le symbole mettant en évidence la résistance du produit.

A défaut d'infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.