HENNES & MAURITZ - 03/05/2016

Annonceur: 
HENNES & MAURITZ
Produit/Service: 
Maillots de bain
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Textiles et habillement
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 3 mai 2016
Description de la publicité

L’affiche montre deux jeunes femmes sur la plage en maillot ou bikini et avec des palmes.

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, l'image suscite des pensées sexuelles envers les femmes. L'Europe vit une recrudescence de viols depuis les derniers mois et l'image de la femme objet sexuel n'est pas une bonne propagande. Surtout devant l'office des étrangers. Les affiches de femmes partiellement dénudées donnent une fausse image de la femme, aussi bien aux jeunes hommes qu'aux jeunes femmes, ainsi qu'aux étrangers qui arrivent sur notre territoire. Les conséquences ne sont pas à minimiser et le profit d'un commerce ne vaut pas de propager ces images.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il a voulu que ses campagnes montrent ses collections d’une manière inspirante avec une sentiment positif et qu’il travaille avec une diversité de modèles. Son but n’est en aucun cas de montrer un idéal en particulier mais au contraire de célébrer un style personnel.

Avec sa campagne actuelle, il veut montrer la collection de maillots d’une manière relax et inspirante, en montrant un groupe d’amis sur la plage. Il est désolé si cette image de campagne offusque certaines personnes car ce n’est pas son intention de choquer qui que ce soit mais simplement de montrer la collection été d’une manière fun et naturelle.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que l’affiche publicitaire pour la collection de maillots de bain de l’annonceur montre deux femmes sur la plage en maillot ou bikini.

Le Jury a tout d’abord souligné que la représentation des femmes présente un lien direct avec le produit dont il est fait la promotion.

Compte tenu des convenances et des normes actuellement admises, le Jury a estimé que le visuel n’est pas choquant ni indécent et que la femme n’y est pas présentée comme un objet sexuel.

Le Jury a dès lors estimé que l’affiche n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.