HEALTH MATE - 26/03/2019

Annonceur: 
HEALTH MATE
Produit/Service: 
Sauna infrarouge
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 26 mars 2019
Description de la publicité

Le spot radio se déroule comme suit : 
VO: “Dat onze infraroodsauna van Health Mate een weldaad voor lichaam en geest is dat wist u al, maar af en toe ontdekken zelfs wij nog voordelen waar we niks van wisten.” 
Homme: “Dankzij onze Health Mate moet ik niet langer mee gaan shoppen met mijn vrouw.” 
VO: “Aah?” 
Homme: “Ja, ze kan nu plots weer in haar kleren van vroeger. Ja, die infraroodsauna die heeft mij al meer uitgespaard dan dat het mij gekost heeft.” 
VO: “Ok, Health Mate is nog voordeliger dan we zelf dachten. Health Mate, infraroodsauna’s sinds 1979.” 

Motivation de la plainte

Le plaignant trouve particulièrement regrettable que ce spot radio soit aussi démodé et en fait misogyne ou même sexiste : l'homme qui fait des économies (parce qu'il rapporte de l'argent, bien que dans ce cas ce sont généralement les femmes qui gèrent le budget) et madame qui lui coûte moins cher (parce qu'elle peut maintenant porter les mêmes robes plus longtemps). 

Position de l'annonceur

L'annonceur se demande si le fait d’indiquer que ce ne serait plus de ce temps peut être qualifié de plainte et n'a pas réagi davantage en termes de contenu. 

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question et de la plainte qui le concerne. 

Le Jury a constaté que dans le spot radio publicitaire, on entend un homme qui mentionne avec plaisir les économies que le produit de l'annonceur lui a permis de réaliser puisqu'il ne doit plus faire du shopping avec sa femme qui peut à nouveau porter ses anciens vêtements. 

Le Jury est d’avis que le ton qui est utilisé pour exprimer les préoccupations de l'homme en question est sympathique et ne présente pas sa relation avec sa femme de manière péjorative. 

Le Jury est également d'avis que l'humour avec lequel le spot radio a été réalisé sera bien compris par le consommateur moyen comme un clin d'œil au cliché de l'homme qui n'aime pas faire du shopping et non comme une allusion négative à une femme qui serait financièrement dépendante de son partenaire en tant que gagne-pain. 

Le Jury a donc estimé que le spot en question n’est pas de nature à dénigrer les femmes ou à perpétuer un stéréotype sexiste qui va à l’encontre de l’évolution de la société. 

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.