HANDELSGIDS.BE - 28/01/2019

Annonceur: 
HANDELSGIDS.BE
Produit/Service: 
Handelsgids.be - action de fin d’année
Média: 
Autre média
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Commerce et distribution
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Lundi, 28 janvier 2019
Description de la publicité

Le flyer montre à gauche le buste et la tête d’une femme qui porte un soutien-gorge rouge avec un bord en fourrure blanche et un bonnet de Noël. En dessous du flyer, une bande avec des décorations de Noël (boules, sapin, pommes de pin) sur un tapis de neige. A côté, entre autres le texte : “Doe mee met deze fantastische eindejaarsactie”.

Motivation de la plainte

La plaignante a communiqué ne pas être contente que des femmes peu vêtues soient utilisées pour attirer l’attention. Elle comprend les publicités pour la lingerie. Il s’agit ici d’un pur abus de la nudité pour attirer l’attention et ça n’apporte rien selon elle pour faire passer un message de fin d’année.

Position de l'annonceur

/

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de la publicité en question et de la plainte qui la concerne.

Le Jury a constaté que le flyer montre le buste et la tête d’une femme qui porte un soutien-gorge rouge avec un bord en fourrure blanche et un bonnet de Noël, avec entre autres le texte “Doe mee met deze fantastische eindejaarsactie”.

Le Jury est d’avis que l’utilisation de cette image d’une femme peu vêtue est déplacée pour faire passer un message commercial par rapport au service concerné – un guide commercial – qui ne présente aucun lien avec le corps de la femme et que la publicité réduit ainsi la femme à un objet.

Le fait que la publicité renvoie à la période de fin d’année n’est pas suffisant selon le Jury pour établir ainsi de manière plausible un lien entre l’image et le service promu, qui justifierait l’utilisation de l’image contestée.

Compte tenu de la manière dont la femme est représentée en l’espèce, le Jury a dès lors estimé que la publicité porte atteinte à la dignité humaine de la femme.

Sur la base de l’article 4, alinéa 1 du Code de la Chambre de Commerce Internationale et des points 2 et 3 des Règles du JEP relatives à la représentation de la personne, le Jury a dès lors demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut, de ne plus la diffuser.

Suite

À défaut de réaction positive de l’annonceur, le dossier a été porté à la connaissance du Conseil de la Publicité conformément à l’article 11 du règlement du JEP.