GLOBOTECH - 03/05/2017

Annonceur: 
GLOBOTECH
Produit/Service: 
Ramonage
Média: 
E-mailing
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Autres
Initiative: 
Instance officielle
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mercredi, 3 mai 2017
Description de la publicité

L’e-mail avec comme nom d’expéditeur “Brandweer Adviseur” et avec comme sujet “[gevaarlijk] (naam), uw schoorsteen is mogelijk verstopt” contient le logo de l’annonceur et le texte suivant :
“Dringend bericht voor familie (naam).
Brandweer waarschuwt voor kauwennesten in de schouw.
Een verstopte schouw is levensgevaarlijk!
Loop geen risico op CO-vergiftiging of woningbrand.
Groot gevaar voor CO-vergiftiging en woningbrand.
Een kauwennest in je schoorsteen is levensgevaarlijk. Zo’n nest kan immers meer dan 2 meter dik worden en de hele schouw blokkeren. Daardoor kunnen verbrandingsgassen niet
meer weg en slaan ze terug in de schouw, met CO-vergiftiging tot gevolg. Bovendien zijn de nesten, die vooral bestaan uit takken en droog mos, heel brandbaar. De kans op een schouwbrand en grote schade aan je woning is dus erg groot.
Ja, ik wens mijn schoorsteen te laten vegen >>
In het nieuws
22/03/2017 Schouwbrand in kasteel van Koude Keuken (Brugge) Het Laatste Nieuws
04/03/2017 Schouwbrand in Molenstraat Sint-Niklaas Het Nieuwsblad
09/02/2017 Villa volledig verwoest door schouwbrand in Ninove Het Nieuwsblad
05/02/2017 Jonge peuter gewond na schouwbrand in Essen Het Nieuwsblad
09/01/2017 Huis van vrouw (81) onbewoonbaar door schouwbrand Het Laatste Nieuws
01/01/2017 Huis onbewoonbaar na zware schouwbrand (Drongen) Het Laatste Nieuws
Laat nu goedkoop je schouw vegen >>”.

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, en utilisant “Brandweer Adviseur” comme nom d’expéditeur et “brandweer waarschuwt voor kauwennesten” comme titre, l’annonceur a consciemment voulu donner l’impression qu’il appartient aux pompiers et cette pratique est critiquable et punissable.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il comprend tout à fait le point de vue du plaignant et qu’il en a informé la société qui a réalisé la publicité concernée à sa demande.
Après examen, il s’est entre autres avéré que le contenu de l’e-mail ne correspondait pas à ce que la société susmentionnée avait créé et à ce qui avait été approuvé par l’annonceur et que l’expéditeur final avait apporté des modifications problématiques au mail publicitaire, sans autorisation de l’annonceur.
L’expéditeur s’est fait taper sur les doigts après la plainte vu que le preview était correct mais a été modifié après validation de manière pernicieuse et la collaboration avec l’expéditeur a été arrêtée.
La campagne en question a été modifiée via tous les canaux pour éviter toute confusion et toutes les références aux pompiers ont été supprimées.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du contenu de l’e-mailing publicitaire en question.

D’une part, il a pris note du fait que “Brandweer Adviseur” est mentionné comme expéditeur et “[gevaarlijk] (naam), uw schoorsteen is mogelijk verstopt” comme objet, et que le texte de l’e-mail commence avec “Dringend bericht voor familie (naam). Brandweer waarschuwt voor kauwennesten in de schouw.”.

D’autre part, il a constaté que le texte de l’e-mailing mentionne entre autres plus loin “Een verstopte schouw is levensgevaarlijk! (…) Groot gevaar voor CO-vergiftiging en woningbrand. Een kauwennest in je schoorsteen is levensgevaarlijk.” et renvoie à différents articles de presse concernant la lutte contre les incendies.

Suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a également noté que, à son insu, différentes modifications indésirables ont été apportées par un intermédiaire et que la collaboration avec cet intermédiaire a été arrêtée, et que les références aux pompiers ont été supprimées de la publicité.

À cet égard, le Jury tient cependant tout d’abord à rappeler que, conformément à l’article 23 du Code ICC, la responsabilité générale des communications de marketing sur les produits incombe aux annonceurs.

Ensuite, en ce qui concerne la mention de l’expéditeur et la référence aux pompiers, le Jury est d’avis qu’en l’espèce celles-ci donnent bien à tort l’impression qu’il s’agit d’un « message urgent » provenant des pompiers. Il a dès lors estimé que cet e-mailing publicitaire masque sa finalité commerciale réelle et que l’identité de l’annonceur n’est pas suffisamment apparente, ce qui est contraire aux articles 9 et 10 du Code ICC.

Enfin, en ce qui concerne les nombreuses références explicites et le simple fait d’insister sur les dangers d’incendie, le Jury a estimé qu’en l’espèce on exploite la peur d’une manière qui ne témoigne pas d’un juste sens de la responsabilité sociale et professionnelle au sens des articles 1 et 4, alinéa 2 du Code ICC.

Vu ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury a dès lors demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut, de ne plus la diffuser.

Suite

L’annonceur a communiqué que, directement après la réception de la plainte, il a déjà pris les mesures nécessaires pour arrêter immédiatement la campagne publicitaire concernée.