GLAXOSMITHKLINE CONSUMER HEALTHCARE - 10/10/2007

Annonceur: 
GLAXOSMITHKLINE CONSUMER HEALTHCARE
Produit/Service: 
Sensodyne
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Véracité
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Produits cosmétiques
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 10 octobre 2007
Description de la publicité

Le spot commence par le texte suivant « un expert parle de l’érosion dentaire ». Un homme, Monsieur « Christian De Barse, délégué médical » est ensuite présenté. Il se trouve dans son bureau où il explique le problème de l’érosion dentaire de même que le produit.
Homme : « L’érosion dentaire est un problème de plus en plus courant. Beaucoup d’aliments et de boissons contiennent des acides. Il s’agit essentiellement des fruits, des jus de fruits, des sodas ». Pendant cette explication, des photos de fruits, de jus de fruits et de sodas sont montrées.
Homme : « L’émail est ramolli par les acides. Il devient à ce moment là sensible à l’usure. Le dentiste est à même de détecter l’érosion dentaire à un stade précoce. ». Pendant cette explication, la photo d’une dentition est montrée avec comme texte en dessous « image retravaillée pour illustrer la situation ».
Texte « Que recommande-t-il ?». Homme : « Je recommande d’être attentif à ses habitudes alimentaires et de se brosser les dents avec un dentifrice Pro Glasur. Pro Glazur de Sensodyne va renforcer l’émail et aide à protéger de l’érosion dentaire ». Entre-temps, le produit est montré avec le texte : « Aide à protéger de l’érosion dentaire de l’émail. Parlez-en à votre dentiste ».

Motivation de la plainte

Le personnage central du spot vantant les mérites de ProGlazur était d’abord présenté comme dentiste. Ensuite, il a changé de fonction puisqu’il n’est désormais que délégué médical. Ceci est déontologiquement contestable puisque le consommateur a été longtemps dupé. De plus, le grand public sait-il qu’un délégué médical n’est finalement qu’un vendeur attaché aux intérêts de la firme qui l’emploie et donc en aucun cas un spécialiste digne de confiance et désintéressé.

Position de l'annonceur

L’annonceur a fait valoir qu’il n’a diffusé qu’une seule version du spot du 2 au 29 juillet 2007 dans lequel Monsieur De Barse, délégué médical chez GSK est présenté comme étant un délégué médical. Il a expliqué qu’il a respecté le code de la publicité (DETIC) en vertu duquel il est interdit d’utiliser des membres de professions médicales ou paramédicales ou des personnes présentées ou perçues comme telles, pour faire des recommandations promotionnelles. Il a également expliqué qu’il a utilisé un même concept en Europe, mais que conformément aux législations et réglementations locales, des catégories professionnelles distinctes ont été utilisées dans les différents pays . Il se peut qu’une certaine confusion soit née dans le chef du plaignant si celui-ci a visionné un spot publicitaire similaire diffusé sur les chaînes françaises, dans lequel un dentiste fournit des informations concernant les caries. Conformément au code de la Publicité de Detic et après avoir obtenu un avis juridique de son avocat, il a opté pour le titre “délégué médical”. La raison principale de ce choix est évidemment que Mr. De Barse est un délégué médical. En outre, il a été décidé, après consultation juridique, qu’une telle dénomination est généralement connue et est suffisamment claire quant à la fonction et au rapport de Mr De Barse à Sensodyne Proglazur. L’annonceur a estimé avoir agi de façon prudente et légitime et a estimé avoir tout mis en oeuvre afin d’éviter tout malentendu.

Décision du Jury

Le Jury a d’emblée noté qu’une seule version du spot en question a été diffusée et qu’a fortiori, Monsieur De Barse a toujours été présenté dans ce spot comme un « délégué médical » et non comme un « dentiste ».

En effet, le Jury a constaté que ce spot ne présente pas Monsieur De Barse comme un « dentiste » mais comme un « délégué médical » et que ce spot ne fait référence à la fonction de « dentiste » qu’au travers des propos de Monsieur De Barse, à savoir « le dentiste est à même de détecter l’érosion dentaire à un stade précoce » et à la fin du spot avec la mention « parlez en à votre dentiste ».

Le Jury a donc estimé que le spot en question étant construit d’une manière claire, il n’est pas susceptible d’induire en erreur le consommateur moyen sur la qualité de la personne (Monsieur De Barse) représentée dans cette publicité.

A défaut d’infractions aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler.