GLAXOSMITHKLINE - 16/08/2017

Annonceur: 
GLAXOSMITHKLINE
Produit/Service: 
Voltaren Emulgel Forte
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Santé
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 16 août 2017
Description de la publicité

Le spot TV commence avec le visage boudeur d’un garçon qui dit au revoir à ses parents qui l’ont déposé chez sa grand-mère.
Garçon : « Encore une journée chez ma grand-mère et son éternel mal au genou ».
La grand-mère l’embrasse et l’emmène en souriant vers la maison.
On les voit jouer à genoux avec des voitures téléguidées et ensuite sur une balançoire à la plaine de jeux. Puis la grand-mère arrose son jardin et asperge le garçon qui rigole.
Garçon : « Elle a changé mais quel est son secret ? ».

VO : « Elle utilise Voltaren Emulgel Forte pour soulager ses douleurs articulaires. Voltaren Emulgel Forte, un gel anti-inflammatoire qui pénètre en profondeur dans les articulations et qui ne doit être appliqué qu’une seule fois toutes les 12 heures. Comme elle, essayez Voltaren Emulgel Forte. Voltaren, bouger redevient un plaisir. »

Texte à l’écran : « Voltaren® Emulgel® (diclofénac diéthylammonium) est un médicament. Pas d’utilisation prolongée sans avis médical. Ne pas utiliser chez les enfants de moins de 14 ans, en cas d’hypersensibilité aux anti-inflammatoires non stéroïdiens ou lors de la grossesse. Lisez attentivement la notice, et demandez conseil à votre médecin ou pharmacien. GlaxoSmithKline Consumer Healthcare S.A. VF 341/01-2019. »

Motivation de la plainte

Pour le plaignant, cette publicité, qui montre un gamin chez sa grand-mère qui en utilisant le produit promu devient pour lui une personne fréquentable, est une honte par le commentaire mis dans la bouche de cet enfant. C’est pour lui de l’irrespect de la faiblesse évolutive des aînés et le rapport jeune-vieux ne peut être mis en scène de cette manière.
Le plaignant souligne de plus que la publicité est quasi mensongère dans la mesure où le produit n'a aucun effet réel sur l'arthrose et autres affections dégénératives.

Position de l'annonceur

En ce qui concerne le premier point de la plainte, l’annonceur a communiqué qu’il n’a pas pour but de faire passer un message irrespectueux. Dans la publicité, il explique que Voltaren Emulgel est un médicament qui aide à soulager les douleurs articulaires. Ensuite, il explique que le produit est un gel anti-inflammatoire. Les personnages qui jouent un rôle dans la publicité sont la grand-mère et son petit-fils. La publicité montre que le produit aide à soulager les douleurs articulaires de la grand-mère et qu’elle peut ainsi à nouveau jouer avec son petit-fils.

Le message qu’il veut faire passer avec la publicité n’est pas qu’il veut remédier aux inconforts et aux maladies dégénératives. Il veut conscientiser les personnes avec des douleurs articulaires au fait que s’ils ont des douleurs articulaires, Voltaren Emulgel va réduire l’inflammation et que la douleur va ainsi diminuer.

En réponse au deuxième point de la plainte, l’annonceur a communiqué que Voltaren Emulgel est bien indiqué pour soulager les douleurs articulaires causées par certaines formes de rhumatismes et d'arthrose. Avec d’autres médicaments, le produit est une possibilité pour soulager la douleur causée par l’inflammation de ces maladies. L’efficacité du produit a été démontrée par des études cliniques où statistiquement parlant, une réduction de la douleur a été observée. Si le produit ne soulage pas la douleur et l’inconfort de ces maladies chez certaines personnes, il conseille alors ces personnes de contacter leur médecin pour envisager d’autres traitements.

Il a enfin communiqué que la publicité pour des médicaments en Belgique est sévèrement suivie et que le message contenu dans le spot TV  est contrôlé par une commission externe où un panel d’experts (pharmaciens, docteurs, délégués de l’autorité de contrôle de la publicité pour des médicaments, organisations de consommateurs, mutualités, …) évalue l’exactitude du message publicitaire.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot TV montre un garçon que ses parents ont déposé chez sa grand-mère. Au début, il se plaint de passer une journée chez sa grand-mère avec son éternel mal au genou mais joue ensuite joyeusement avec elle et constate qu’elle a changé.

En ce qui concerne le premier point de la plainte, le Jury est d’avis que dans le spot TV, les propos tenus par le garçon ne témoignent pas d’un manque de respect envers sa grand-mère. Selon le Jury, ils se contentent d’illustrer, en évoquant une situation avant/après, comment la personne âgée en question fait face à ses douleurs articulaires. Le Jury est également d’avis que la grand-mère est présentée de manière positive.

Il a dès lors estimé que le consommateur moyen ne percevra pas cette publicité comme portant atteinte à la dignité humaine des personnes âgées et que la publicité n’est pas de nature à dénigrer une personne ou un groupe de personnes.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

En ce qui concerne le deuxième point de la plainte, le Jury a constaté qu’à la fin du spot TV, le texte à l’écran mentionne entre autres le numéro de visa « VF 341/01-2019 ».

Suite à la réponse de l’annonceur et aux documents qu’il a communiqué, le Jury a noté que ce spot TV a en effet reçu un visa préalable après un avis de la Commission de contrôle de la publicité des médicaments et ceci, conformément aux articles 16 et 17 de l’AR du 7 avril 1995 relatif à l'information et à la publicité concernant les médicaments à usage humain qui stipulent que la diffusion télévisuelle auprès du public d’une publicité ne peut avoir lieu qu'après l’obtention d'un visa délivré par le Ministre.

Le Jury a également noté que la demande de visa doit être accompagnée des éléments indubitables pour le contrôle de la véracité de la publicité.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a donc estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.