GAIA - 19/01/2006

Annonceur: 
GAIA
Produit/Service: 
Campagne contre le foie gras
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Jeudi, 19 janvier 2006
Description de la publicité

Une affiche montre une oie dans une cave sombre. Elle porte une capuche en cuir avec des piques et des fermetures éclairs fermées à hauteur des yeux. L'oie porte également un collier avec des piques qui est attaché au mur à l'aide d'une chaîne. Le thorax de l'oie est pourvu de ceintures en cuir.
En bas le logo de GAIA + texte : “Foie Gras. Bouffe de sadique.”

Une affiche montre une oie dans une cave sombre. Elle a une balle de bois dans le bec qui est attachée à une chaîne faisant le tour de la tête de l'animal. L'oie porte également un collier en cuir qui est attaché au mur à l'aide de trois chaînes.
En bas le logo de GAIA + texte: “Foie Gras. Bouffe de sadique”

Motivation de la plainte

Cette publicité est vulgaire et insultante. Il est inapproprié de présenter les gens qui mangent du foie gras comme des sadiques. C'est un sujet discutable, mais la forme de la campagne est inacceptable.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que le foie gras est un produit de beaucoup de souffrances animales : des canetons mâles sont enfermés dans de petits réduits individuels où ils sont gavés à l'aide d'une pompe pneumatique. Leur foie gonfle alors jusqu'à dix fois le volume normal. Conséquence : la saturation causant la diarrhée. A mesure que le foie gonfle, les canards ont de plus en plus mal, et ne cessent de gober de l'air, le bec constamment ouvert. L'art consiste à les abattre juste avant qu'ils succombent à la maladie (stéatose du foie).
L'annonceur a précisé que dans beaucoup de pays européens, il existe une interdiction quant au gavage et il s'est référé à un rapport de l'Autorité Alimentaire Européenne qui indique que les méthodes de gavage actuelles nuisent gravement à la santé et au bien-être des palmipèdes. Il s'est également référé à la loi belge du 14 août 1986 concernant la protection et le bien-être des animaux, qui condamne le gavage des animaux, sauf pour des raisons vétérinaires et dans les élevages spécialisés reconnus par le Roi. En d'autres termes, si on gave un canard ou une oie pour son usage personnel, on est susceptible d'être puni par la loi et ce pour maltraitance d'animaux, mais si l'on demande à être reconnu en tant qu'éleveur spécialisé, il n'est soudainement plus question de maltraitance d'animaux. L'annonceur a ajouté qu'il trouve cela incompréhensible.
Il a fait valoir que les infos susmentionnées montrent clairement que le foie gras n'est pas un produit innocent et qu'avec cette campagne il a voulu sensibiliser les gens à la maltraitance des animaux. En ce qui concerne l'argument « vulgaire » avancé par le plaignant, l'annonceur a fait valoir qu'il l'étonnait car il a choisi de ne pas utiliser, dans le cadre de cette campagne, les images classiques atroces que tout le monde connaît, mais il a préféré utiliser un symbole (torture/SM) afin de donner au public un message qui le confronte au problème. Enfin, il se dit convaincu que cette campagne a un effet confrontant, mais qu'elle n'est en aucun cas inacceptable. Il a précisé avoir reçu beaucoup de commentaires positifs.

Décision du Jury

Le Jury a examiné les deux images de la campagne et a conclu qu'il s'agit en effet d'une représentation symbolique.
Il est d'avis que ces 2 messages ne contiennent pas d'affirmations ou de représentations visuelles contraires aux convenances selon les normes couramment admises. A défaut d'infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.