GAIA - 10/01/2018

Annonceur: 
GAIA
Produit/Service: 
Campagne contre le foie gras
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 10 janvier 2018
Description de la publicité

Le spot démarre avec l’image d’un garçon qui regarde comment un poussin sort d’un œuf. Sur fond de musique enjouée, on voit le garçon et l’oie grandir ensemble.
On voit ensuite le garçon qui est devenu un jeune homme entrer dans un hangar et empêcher l’oie devenue grande de le suivre.
La nuit, l’oie jette un œil dans le hangar et on voit, sur fond de sons inquiétants, comment l’homme gave une autre oie avec un entonnoir.
Texte à l’écran (avec en arrière fond la tête de l’oie qui tremble) : “Là où s’arrête l’amour pour les animaux, le nôtre commence. Savourez les fêtes sans foie gras”.
Sur l’écran final, le logo de l’annonceur et « www.gaia.be ».

Motivation de la plainte

Le plaignant mange sciemment des produits bio et trouve que ni lui, ni un tas d’autres personnes et enfants, ne doivent être obligés de regarder chaque fois ces images insoutenables.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’à l’approche des fêtes de fin d’année, son spot publicitaire à l’attention du grand public vise :

1) à lui rappeler que le gavage des palmipèdes pour la production de foie gras est toujours une réalité ;
2) à lui rappeler le sentiment d’empathie envers les animaux que nous ressentons tous, les enfants en premier.

La plainte déplore que des images dures soient visibles dans le spot TV. L’annonceur tient à souligner que l’extrait en question, montrant une oie nourrie sous la contrainte (à l’aide d’un entonnoir), représente une scène dont la dureté est très en deçà de ce que subissent réellement la plupart des palmipèdes dans les élevages à foie gras.

Dans la réalité, les animaux sont gavés par une machine pneumatique et immobilisés dans une cage métallique. Ils souffrent fréquemment d’une fracture du bec, de vomissements, de saignements, de diarrhées, etc. Ces conditions d’élevage, il a préféré ne pas les montrer cette année, justement pour mettre l’accent sur un sentiment positif d’empathie, même s’il pense que les consommateurs devraient les voir.

En toute bonne foi, compte tenu de ce qui précède, l’annonceur estime que sa campagne publicitaire d’intérêt général ne présente pas d’images réellement excessives, choquantes ou violentes. Il est tout autant convaincu que les images présentent en tout cas un lien direct et une proportionnalité avec le but recherché, comme le préconisent les règles établies par le JEP.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot TV montre un enfant et une oie qui grandissent ensemble et se termine avec l’image du garçon devenu grand qui gave une autre oie avec un entonnoir.

Suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a noté que ce spot a pour but de rappeler que le gavage des palmipèdes pour la production de foie gras est toujours une réalité et de susciter auprès du public un sentiment d’empathie envers les animaux.

Le Jury est d’avis que ce message de l’annonceur ressort clairement du spot.

Il a également noté que l’annonceur a souligné que l’image de l’oie nourrie avec un entonnoir représente une scène dont la dureté est très en deçà de ce que subissent réellement la plupart des palmipèdes dans les élevages à foie gras.

Le Jury est d’avis que les images utilisées présentent un lien direct et une proportionnalité avec le but recherché par la campagne contre le foie gras et avec le message à transmettre.

Le Jury a donc estimé que le spot en question n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de publicité non commerciale et ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.