GAIA - 04/07/2017

Annonceur: 
GAIA
Produit/Service: 
Campagne contre l’abattage sans étourdissement
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 4 juillet 2017
Description de la publicité

Le spot montre un mouton. Une larme de sang coule petit à petit de son œil. Pendant ce temps, on entend une voix d’homme sur fond de musique classique : « Een onschuldige blik, veel wol en een baaah. Dat weten we over schapen. En dat het wettelijk toegelaten is om ze de keel over te snijden zonder verdoving en dat ze vreselijk afzien, dat is wetenschappelijk bewezen. En dat verschillende Europese landen deze praktijk al hebben verboden, zonder afbreuk te doen aan de vrijheid van religie. Dat weten we over schapen. Dus, dames en heren parlementsleden, genoeg geblaat, stem nu voor een verbod op onverdoofd slachten. ».

Motivation de la plainte

Le fils d’un an et demi du plaignant a vu l’image du mouton qui pleure du sang et a été bouleversé. Le plaignant trouve que les enfants ne peuvent pas être confrontés à de telles images.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué être très surpris par le contenu de la plainte.
Un enfant d’un an et demi commence à découvrir le monde. Un enfant en bas-âge est encore très centré sur lui-même mais commence aussi à montrer de l’intérêt pour les autres enfants/animaux/personnes. Il apprend à connaître les émotions de base : son petit frère pleure, sa maman est contente, sa sœur fâchée. Dans un dessin animé également, par exemple Nijntje, Bumba, … ces émotions de base se jouent.
L’annonceur comprend dès lors qu’un enfant d’un an et demi puisse être triste parce qu’un mouton pleure à la TV, tout comme il est triste si Bumba ou Nijntje pleure ou a de la peine. Un enfant en bas-âge d’un an et demi n’associera cependant jamais au niveau cognitif les pleurs d’un mouton à l’abattage sans étourdissement et ne comprendra certainement pas la symbolique derrière cette image. Un enfant d’un an et demi n’est pas encore suffisamment avancé dans le développement cognitif et émotionnel.
Interdire à l’annonceur de diffuser un tel spot signifierait qu’aucun dessin animé pour les petits ne peut encore montrer un animal qui pleure. Ceci entraîne en effet la même émotion pour un enfant en bas-âge.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot montre un mouton avec une larme de sang qui coule petit à petit de son œil.

Le Jury a également constaté qu’avec ce spot, l’annonceur invite les parlementaires à voter pour une interdiction de l’abattage sans étourdissement.

Le Jury est d’avis que ce message de l’annonceur ressort clairement du spot.

Le Jury est également d’avis que l’image utilisée montre un lien direct et est proportionné au message que l’annonceur veut faire passer.

Le Jury a dès lors estimé que le spot en question n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de publicité non commerciale et ne témoigne pas d’un manque de juste de sens de la responsabilité sociale.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.