EURO SHOE GROUP - 22/05/2017

Annonceur: 
EURO SHOE GROUP
Produit/Service: 
Chaussures et vêtements Bristol
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Textiles et habillement
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Lundi, 22 mai 2017
Description de la publicité

Dans le spot, on entend le comique flamand Philippe Geubels qui dit :
“In 2017 verdienen vrouwen nog steeds 20% minder dan mannen. Ik zeg tegen Bristol: daar moeten we iets aan doen.”
VO: “Nu 20% korting op de volledige damescollectie.”
Jingle: “Er zit een beetje Bristol in iedereen.”
Philippe Geubels: “Da’s ook weer opgelost.”

Motivation de la plainte

Aux yeux de la plaignante, on ne peut pas rire avec l’écart salarial entre homme et femme. Elle a déjà vu trop souvent l’histoire classique de la mère seule qui arrive à peine à joindre les deux bouts malgré un travail à temps plein. De plus, le lien avec les habits ne convient pas selon elle ; il s’agit ici de femmes qui ont du mal à payer leur loyer et leur facture d’énergie et non de femmes qui aimeraient quand même bien une nouvelle tenue. Beaucoup d’hommes intelligents oublient aujourd’hui que le sexisme vit encore fortement dans notre pays - surtout entre les gens de classes sociales plus basses. Cette publicité fait trop fort penser à des remarques que la plaignante a déjà reçues elle-même. Les comiques doivent pouvoir rire avec beaucoup de choses mais ceci dépasse les bornes selon elle.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il ne veut pas choquer avec cette communication, tout au plus ‘amuser les gens’. Il n’a ici pas du tout l’intention de représenter les femmes de manière dénigrante. Mieux encore, via cette scène humoristique avec Philippe Geubels, connu pour son style naturellement exagéré, il veut justement montrer que ce n’est pas sa position. Ce spot a été réalisé avec la liberté créative de Philippe Geubels en tant que comédien. Il s’avère encore toujours que les femmes gagnent structurellement moins que les hommes. L’annonceur est parti de ce fait comme fondement pour sa promotion de 20% sur toute la collection dame. Et ceci, d’une manière ludique/créative.

Ce spot a également été testé sur la plan qualitatif et quantitatif avant son lancement par un panel interne et externe de femmes de tout âge. Les résultats de ce test ont montré que les femmes ne perçoivent pas cette publicité comme un affront.

L’annonceur a également communiqué que Bristol est une marque démocratique qui combine un bon prix avec une bonne qualité. A partir de cela, il utilise une certaine espièglerie. C’est une marque qui est là pour le peuple : hommes, femmes et enfants. Ce n’est pas son but d’évoquer des choses sensibles ou de choquer mais bien, via le héros populaire Philippe Geubels, de communiquer sa position provocante. Il a le plus grand respect pour toute la société et souhaite apporter une contribution comique et se présenter comme la marque de non non-sens qu’elle est. Le contenu montré dans cette publicité a été écrit par Philippe Geubels avec l’approbation de Bristol. Dans ses campagnes plus larges, l’annonceur ne met consciemment pas l’accent sur les vêtements et les chaussures. En tant que campagne d'image, il a essayé d’apporter un sentiment positif en mettant un sourire sur le visage des gens. Il comprend cependant que l’humour est une question très individuelle qui ne se vit pas de la même manière par chacun dans la société.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question et de la plainte qui y a trait.

Il a constaté que dans le spot, le comique flamand connu Philippe Geubels dit dans le style qui lui est propre : “In 2017 verdienen vrouwen nog steeds 20% minder dan mannen. Ik zeg tegen Bristol : daar moeten we iets aan doen.”, après quoi une action avec 20% de réduction sur la collection dame est annoncée.

Le Jury est tout d’abord d’avis que ce spot radio, tout comme c’était le cas pour le spot TV qu’il a examiné précédemment, ne peut raisonnablement pas être pris au premier degré par le consommateur moyen mais qu’au contraire, son aspect d’exagération humoristique apparaît directement clairement.

Selon le Jury, le message qui ressort ainsi de ce spot est justement davantage que l’annonceur veut dénoncer l’écart salarial entre femmes et hommes sans pour autant vouloir apparaître comme pesant dans son message.

Il est également d’avis que ce spot ne sera dès lors pas interprété par le consommateur moyen comme une prise de position adoptée dans un contexte réaliste par rapport à la problématique spécifique de l’écart salarial entre femmes et hommes à laquelle se réfère la plaignante.

Vu ce qui précède, le Jury a estimé que ce spot n’est pas de nature à dénigrer ou à discriminer un certain groupe de population et qu’il ne contribue pas non plus à perpétuer des stéréotypes à cet égard.

Le Jury a dès lors estimé que ce spot n’est pas contraire aux Règles du JEP relatives à la représentation de la personne et ne témoigne pas non plus d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur et il n’a dès lors pas formulé de remarques sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.