ETS. LUCY - 10/06/2008

Annonceur: 
ETS. LUCY
Produit/Service: 
Kia
Média: 
Journal gratuit (toutes boîtes)
Critères d'examen: 
Environnement
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Véhicules à moteur et accessoires
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mardi, 10 juin 2008
Description de la publicité

L’annonce avec comme titre « 7 ans de garantie plus des prix printaniers très bas ! » montre une voiture de la marque.

Texte : « Kia Sportage BlueRay. Equipement spécial Sportage BlueRay (au-dessus de la version Active)
- Connexion Bluethooth pour téléphoner
- Jantes en alu 16”
- Radio-cd-mp3 avec 4 haut-parleurs
- Couleur métallisée
- Disponible en 2.0 CRDi 4x2 et série 2.0 CRDi 4x2 Auto
- 2.0 CRDi diesel : nerveux (136 CV), économe (7,0 l/100km) et propre.
Filtre à particules diesel standard. »

Texte dans un cadre rouge : « Prix printaniers garantis très bas. Venez découvrir les avantages de rouler en Kia ! »

En-dessous, informations concernant le prix, le concessionnaire, la consommation de carburant, les émissions de CO2, logo et site internet.

Motivation de la plainte

Cette publicité prétend que le modèle 2.0 CRDi diesel est « nerveux, économe et propre ». Or, aucun véhicule n’est propre. Cette affirmation absolue constitue une infraction au code la publicité écologique.

Position de l'annonceur

Suite à la plainte, l’annonceur a précisé avoir noté que le terme « propre » peut être équivoque.

Il a précisé que le bromure utilisé est celui fourni par son importateur. Celui-ci comprend en tout état de cause les mentions légales et donne ainsi des informations claires et précises sur la consommation et la pollution ; ce qui prouve, selon lui, qu’il n’a jamais voulu tromper le consommateur.

Décision du Jury

D’emblée, le Jury a constaté que cette publicité contient une affirmation absolue (« propre ») induisant que ce véhicule n'aurait pas d'effets sur l'environnement. Compte tenu que ce véhicule n’est pas sans effets sur l'environnement (il subsiste des émissions de CO2 qui sont dommageables pour l'environnement), le Jury est d'avis qu’une telle affirmation absolue est contraire à l'article 7 du Code de la publicité écologique.

Le Jury a demandé à l’annonceur de modifier cette publicité et à défaut de ne plus la diffuser.

L’annonceur a confirmé qu’il modifiera la publicité s’il décide de la diffuser à nouveau.

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.