D'IETEREN - 17/01/2018

Annonceur: 
D'IETEREN
Produit/Service: 
Volkswagen
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Véhicules à moteur et accessoires
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 17 janvier 2018
Description de la publicité

Le spot radio en néerlandais se déroule ainsi.
VO: “Jij ziet dat verliefde koppel op dat bankje, hij niet. Jij ziet die trouwjurk in de etalage, hij niet. Hij ziet dat paaltje waar je bijna tegen zit (waarschuwingsgeluid) en jij niet. De Golf met optionele parkassist parkeert voor jou.”

Motivation de la plainte

Selon la plaignante, cette publicité confirme tous les stéréotypes : la femme ne sait pas se garer (l’homme bien), la femme ne s’intéresse qu’au mariage et à avoir des enfants (l’homme absolument pas). Selon elle, c’est premièrement très dénigrant pour les femmes et deuxièmement cela confirme la répartition des rôles.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que le spot fait partie d’une série de trois spots qui font la promotion des technologies de sécurité innovatives dont les modèles Volkswagen sont équipés. Il s’agit d’une technologie qui aide les conducteurs à garder un œil sur leur environnement : reconnaissance des piétons, aide au stationnement et capteur d’angle mort.

Chacune de ces technologies est illustrée de la même manière : des situations reconnaissables sont décrites dans lesquelles un conducteur est distrait et prête moins attention à son environnement et où la nouvelle Volkswagen intervient pour essayer d’éviter un accident.

Les trois spots présentent les situations suivantes qui provoquent une distraction :

- un couple sur un banc,
- une robe de mariée dans une vitrine,
- un coucher de soleil,
- un restaurant,
- un arc-en-ciel,
- une maison à vendre.

La nouvelle Volkswagen intervient alors et évite :

- une collision avec un poteau,
- une collision avec un piéton qui traverse,
- une collision avec un cycliste dans l’angle mort.

Si on considère l'ensemble des situations distrayantes et des accidents évités, il est clair que l'intention n'a jamais été de mettre en avant un genre particulier. Au contraire : on parle consciemment au conducteur avec le mot neutre ‘jij’ au lieu du mot ‘hij’ ou ‘zij’.

Seule la voiture est décrite comme ‘hij’ parce que le mot ‘auto’ est un substantif masculin.

Cette neutralité de genre est immédiatement claire dans les versions en français des mêmes spots radio qui parlent de la Polo et de la Golf. Par conséquent, c’est là ‘elle’ qui ne regarde jamais ce que le conducteur voit.

L'annonceur ne voulait donc présenter personne sous un mauvais jour mais attirer l'attention sur une technologie qui rend la circulation plus sécurisée tant pour le conducteur que les passants.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot en question et de la plainte qui le concerne.

Le Jury a constaté que le spot décrit une situation dans laquelle le conducteur/la conductrice est distrait(e) par des éléments de l’environnement et ceci, pour illustrer l’utilité de l’aide au stationnement de la marque.

À cet égard, le Jury est d’abord d’avis que le mot « hij » dans le spot renvoie clairement à cette aide au stationnement optionnelle qui est mentionnée plus tard dans la publicité.

Pour toute clarté, le Jury renvoie à la réponse de l’annonceur qui explique qu’il utilise le mot neutre « jij » pour le conducteur pour ne pas mettre en avant un certain sexe et que la voiture est décrite comme « hij » en tant que substantif masculin dans la version en néerlandais mais comme « elle » dans la version en français du même spot.

Le Jury est donc d’avis que cette publicité n’est pas de nature à être perçue par le consommateur moyen comme offensante ou dénigrante à l’égard des femmes.

Il est également d’avis qu’il n’est pas question dans la publicité de confirmer une certaine répartition des rôles ou de perpétuer des stéréotypes allant à l’encontre de l’évolution de la société.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que cette publicité n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.