D'IETEREN - 01/04/2003

Annonceur: 
D'IETEREN
Produit/Service: 
Skoda
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Véhicules à moteur et accessoires
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 1 avril 2003
Description de la publicité

Dans un spot radio on entend plusieurs personnes : la voix d'un homme, la voix d'un gourou et la voix de ses disciples : L'homme : « Il existe des gens qui ont du mal à exister seul ». Les disciples en choeur : « ça existe ». L'homme : « Ils préfèrent vivre en communauté ». Les disciples : « Ensemble ». L'homme : « Sous l'influence de leur gourou ». Le gourou : « Donnez-moi tous votre argent ». Les disciples : « Va avec notre argent ». L'homme : « Seule une voix venue d'ailleurs par exemple une radio pourra les libérer. Découvrez la nouvelle berline Skoda superbe et ses paquets à 1 Euro. Ils quitteront la communauté pour exister seuls et retrouver leur fierté avec leur nouvelle Skoda ». Les disciples : « Regardez j'ai une Skoda ». Le gourou : « Donnez moi tous votre Skoda ». Les disciples : “Va te faire voir”. L'homme : « Portes ouvertes du 15 au 22 mars chez Skoda ».

Motivation de la plainte

Cette publicité est scandaleuse. L'emprise par des gourous n'est pas un sujet de dérision car de nombreuses personnes en souffrent.

Position de l'annonceur

En acceptant que les sectes sont un sujet de préoccupation qui ne peut être pris à la légère, l'annonceur a fait valoir que l'attrait et la perversité des sectes doivent être combattus et dénoncés. Ce n'est pas le rôle de la publicité, mais employer ce phénomène de société en s'en moquant, pour capter l'attention, ne peut faire de mal, le rire et la dérision ayant des vertus thérapeutiques. En ce sens, il estime qu'en se moquant de sectes à vocation commerciale, il agit de manière positive à l'égard de la société.

Décision du Jury

Le Jury a considéré que le spot ne contient pas d'éléments qui portent atteinte à la dignité humaine. Il s'agit effectivement de dérision, mais vu le caractère manifestement humoristique et caricatural, ce message ne comporte pas le risque d'être mal compris par le public. Le Jury a dès lors estimé n'avoir pas de remarques à formuler.