DEXIA BANQUE - 25/06/2003

Annonceur: 
DEXIA BANQUE
Produit/Service: 
Investissements
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 25 juin 2003
Description de la publicité

Dans un spot radio on entend une femme qui dit « Je m'appelle Michèle Léonard. Je travaille au service réclamations d'un grand magasin. Si c'est dur ? C'est à dire que tous les jours j'ai au moins droit à…», après quoi on entend plusieurs voix masculines qui l'insultent (plusieurs insultes sont remplacées par des bip sonores). Ensuite elle dit : « Mais ce n'est que provisoire . On m'a promis de l'avancement. En principe dans quelques mois on m'a dit ». Voix masculine avec un sifflement joyeux comme bruit de fond : « Gagner votre argent vous demande assez d'efforts. Alors investissez-le en toute sécurité. Investissez via Dexia Banque ».

Motivation de la plainte

Cette publicité tend à renforcer le stéréotype faux de la femme victime face à l'homme agresseur. Elle constitue donc une incitation à la haine entre hommes et femmes.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que son intention est de montrer qu'il n'est pas facile de gagner de l'argent et qu'en conséquence il a choisi une situation où les personnes éprouvent des difficultés sur leur lieu de travail. Par hasard, les appelants sont tous des hommes, mais la femme n'est pas victime parce qu'elle réagit de façon intelligente et réaliste à l'égard de son boulot et des plaignants. Il lui parait exagéré de voir le message comme une incitation à la violence entre hommes et femmes, étant donné qu'il s'agit seulement d'un cliché qui a été mis en évidence : les gens osent jurer au téléphone et prendre la téléphoniste comme cible même si elle n'est pas responsable de l'objet de la plainte. Il a également souligné qu'il essaye de mettre un certain degré d'amusement dans les spots et que ceci requiert de la part des auditeurs le sens de l'humour et du relatif.

Décision du Jury

Le Jury a estimé que ce spot n'incite pas à la haine entre hommes et femmes, mais présente seulement la relation client et entreprise d'une façon humoristique et clairement caricaturale. Il a également estimé que le spot en question n'est pas de nature à perpétuer des stéréotypes ou à porter atteinte à la dignité de la femme : elle réagit calmement et dignement et n'est pas réduite à un rôle de victime.
A défaut d'infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.