DEXIA BANQUE - 01/10/2002

Annonceur: 
DEXIA BANQUE
Produit/Service: 
Brochure argent de poche
Média: 
Magazine
Critères d'examen: 
Légalité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 1 octobre 2002
Description de la publicité

Une annonce montre 4 jeunes qui se promènent en se tenant par les épaules et qui portent tous un T-shirt et un pantalon en jeans qui est descendu de façon que l'on voit partiellement leurs slips. Head line : « Votre enfant reçoit-il trop d'argent de poche ? ». Le texte comportant d'abord quelques questions sur l'argent de poche se termine par :
« Vous trouverez une réponse à toutes ces questions dans le guide gratuit ‘Trop d'argent de poche' rédigé par Stef Desodt, enseignant. Commandez dès à présent cette brochure indispensable au 02 222 66 66 et retirez-la dans une agence Dexia Banque de votre choix. Ne tardez pas, c'est bientôt dimanche ». Base line : « Quand l'argent de poche va, tout va via Dexia, www.dexia.be ».

Motivation de la plainte

La publicité est mensongère, au moins par omission, puisqu'elle ne précise pas que l'envoi de sa brochure est subordonné à la condition de répondre à un questionnaire. De plus Dexia se constitue des fichiers sans garantir explicitement, comme il convient, qu'elle respectera la vie privée de ses prospects, en l'occurrence les jeunes.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que la brochure est envoyée gratuitement à toute personne qui téléphone au call center, qu'il n'y a aucune obligation de répondre aux questions posées par les opérateurs et que dès lors ces réponses ne constituent pas une condition pour obtenir la brochure. Il a également souligné que la loi sur la protection de la vie privée est respectée, puisqu'en même temps que la brochure, un formulaire est envoyé permettant aux personnes qui ne désirent pas que leurs données soient utilisées à des fins marketing, de réagir par un simple renvoi de ce document.

Décision du Jury

Le Jury a estimé que le contenu de la publicité comme tel n'est pas de nature à tromper le consommateur par omission et a dès lors estimé n'avoir pas de remarques à formuler. Bien que n'étant pas compétent pour examiner les modalités du travail des opérateurs qui posent les questions, ainsi que le respect de la vie privée lors de l'appel du consommateur et après l'enregistrement des données à caractère personnel, le Jury a formulé cet avis à condition que, compte tenu de l'expérience du plaignant et du fait que l'annonceur affirme que la brochure est envoyée gratuitement sans obligation de répondre aux questions posés par les opérateurs, ceux-ci respectent bien des directives précises en ce sens.