DELA - 29/04/2019

Annonceur: 
DELA
Produit/Service: 
Assurance obsèques
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Lundi, 29 avril 2019
Description de la publicité

Le spot radio se déroule ainsi :
VO: “Stel, je bent gestorven. ’t Is nogal snel gegaan. Iedereen zit al aan de koffietafel en al ben je gestorven, je leeft altijd voort in de herinnering van de anderen. Zorg er dus voor dat men straks met de glimlach aan je terugdenkt omdat je lief was, zorgzaam en misschien ook omdat je een uitvaartverzekering had. Dela, zo zorg je voor elkaar. Het Dela uitvaartzorgplan is een levensverzekering tak 21.”

Motivation de la plainte

La plaignante trouve le contenu de ce spot en dessous de tout et agressif : la famille a d'autres sensibilités que cette publicité ne le montre. La mort n'est pas un tabou pour elle car elle y a récemment été confrontée mais ce n'est certainement pas banal ni « pour rire ». Elle trouve blessant qu'une chaîne publique accepte ce genre de blague de mauvais goût, probablement à des fins commerciales.

Position de l'annonceur

L'annonceur a communiqué que la mort est inextricablement liée à son organisation, son offre et son message. Il est très conscient que la mort est un sujet sensible pour de nombreuses personnes, c'est pourquoi chaque spot est minutieusement testé avant de passer à l'antenne. En effet, blesser ou choquer n'a aucun sens : les gens se coupent alors du message et il n'y a évidemment aucun intérêt.

Il tient dûment compte des commentaires des répondants et ajuste le cas échéant. Le spot tel qu'il est maintenant a reçu une réponse convaincante des répondants. Ils trouvaient que le message passait bien - précis, clair et compréhensible, sans blesser ni choquer.

D'expérience, l'annonceur sait que certains seront toujours gênés par une communication qui concerne la mort d'une façon ou d'une autre mais il se demande si c'est le spot en tant que tel qui choque ou plutôt la confrontation avec sa propre mortalité ou celle d’un être cher. Pour certaines personnes, tout spot dans ce contexte sera alors offensant - après tout, c'est typique de la communication sur un sujet tabou.

Enfin, l'annonceur ne voit pas pourquoi il devrait éviter le choix de la chaîne à laquelle se réfère le plaignant ni quelle est la différence avec les autres marques qui font de la publicité via ce canal. Bien que son message soit inextricablement lié à la mort, il estime que, comme d'autres, il a le droit de faire de la publicité de manière appropriée, y compris sur une chaîne publique.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question et de la plainte qui le concerne.

Il a tout d’abord précisé que sa compétence se limite au contenu de la publicité et qu’il ne se prononce pas sur les produits ou services offerts.

Le Jury a constaté que dans le spot qui promeut l’assurance obsèques de l’annonceur, on entend un homme qui décrit entre autres comment les personnes repenseront à la personne décédée et qu’il y a donc un lien direct entre le contenu de la publicité et le produit promu.

Bien qu’il reconnaisse que le sujet peut en effet être sensible pour certaines personnes, le Jury est d’avis que dans le spot en question, il est traité d’une manière non choquante et avec suffisamment de retenue de telle sorte qu’il n’y est pas question de banaliser ou de ridiculiser la mort.

Le Jury a dès lors estimé que la publicité ne porte pas atteinte à la dignité humaine et n’abuse pas des sentiments de malchance ou de souffrance.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.