DELA - 13/11/2019

Annonceur: 
DELA
Produit/Service: 
Assurance obsèques
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 13 novembre 2019
Description de la publicité

Le spot radio se déroule ainsi :
« J’ai quelque chose à vous dire. Vous allez … mourir. Vous n’allez pas mourir tout de suite mais un jour ou l’autre, oui. Vous ne pouvez rien y faire. Ce que vous pouvez faire dès aujourd’hui, c’est épargner à vos proches les frais et les soucis de vos funérailles. Faites-le dès maintenant. Ils vous en seront reconnaissants. Calculez votre prime sur dela.be. L’assurance obsèques Dela est une assurance vie branche 21. »

Motivation de la plainte

Le plaignant se réfère au spot radio qui commence par « vous allez mourir » et se demande comment il est possible de passer une publicité aussi macabre alors qu'on écoute la radio dans un but de divertissement. Selon lui, une personne dépressive qui entend cette publicité ne peut qu’être abattue moralement.
Il a également dû donner maintes explications à son petit-fils pour le tranquilliser suite à sa réaction en entendant ce spot radio.
Il trouve cela scandaleux de se servir si platement de la mort dans un but uniquement publicitaire.

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique « Plus d’info – Règlement du Jury ») qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question et de la plainte qui le concerne.

Le Jury a constaté que dans le spot qui promeut l’assurance obsèques de l’annonceur, on entend un homme qui dit qu’on va mourir un jour ou l’autre.

Bien qu’il reconnaisse que le sujet en tant que tel peut en effet être sensible ou être perçu comme un tabou par certaines personnes, le Jury est d’avis que dans le spot en question, il est traité d’une manière non choquante et avec suffisamment de retenue et de sobriété.

Le Jury est donc d’avis qu’on ne peut pas considérer que le spot radio exploite à tort les émotions et qu’il y a un lien direct entre le contenu de la publicité et le produit.

Le Jury a dès lors estimé que la publicité en question ne porte pas atteinte à la dignité humaine et n’abuse pas des sentiments de peur ou de souffrance.

Il a également estimé qu’elle n’est pas de nature à causer un dommage mental ou moral aux enfants ou aux adultes.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.