DE PERSGROEP - 23/05/2018

Annonceur: 
DE PERSGROEP
Produit/Service: 
Dag Allemaal
Média: 
Magazine
E-mailing
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Culture et éditions
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mercredi, 23 mai 2018
Description de la publicité

A gauche, l’annonce contient entre autres une image d’une mère et de sa fille dans un parc d’attraction avec le texte “speciaal voor alle mama’s” et ensuite une image du recto des 4 tickets en question (sur lesquels se trouve chaque fois : “gratis ticket voor mama t.w.v. (resp. €36,50, €19,99 of €25,99 naargelang het pretpark)” avec les textes “4 gratis Plopsa-tickets” et “t.w.v. meer dan €100”.
En dessous, le texte :
“Zoek je een leuk én origineel cadeau voor moederdag?
Dag Allemaal verwent alle mama’s met GRATIS tickets voor de 4 Plopsa-parken: Plopsaland De Panne, Plopsaqua De Panne, Plopsa Indoor Hasselt en Plopsa Coo. Dat is een cadeau ter waarde van meer dan €100!
Volgende week bij Dag Allemaal”.

L’e-mailing avec pour objet “Dag Allemaal verwent alle mama's met GRATIS tickets voor de 4 Plopsa-parken” contient les mêmes images et en dessous, le texte suivant :
“Beste (…),
Zoek je nog een origineel cadeau voor Moederdag? Dan moet je morgen Dag Allemaal in huis halen. Dankzij Dag Allemaal krijgen alle mama’s 4 gratis Plopsa-tickets* t.w.v. meer dan €100!
De tickets zijn geldig voor 4 themaparken van Plopsa: Plopsaland De Panne, Plopsaqua De Panne, Plopsa Indoor Hasselt en Plopsa Coo!
Dag Allemaal wenst alle mama’s een heel fijne moederdag. Veel plezier!
Met vriendelijke groeten,
Dag Allemaal
*De tickets zijn geldig van 8 mei 2018 t.e.m. 17 juni 2018”.

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué qu'après avoir acheté le magazine en question, il est apparu qu'il ne s'agissait en aucun cas de billets gratuits car une autre personne devait d'abord payer le montant total du billet d'entrée et ensuite le billet gratuit pouvait être utilisé par la deuxième personne qui accompagne. Cependant, ceci n'est mentionné nulle part dans les annonces. Son épouse a acheté le magazine et ne peut pas utiliser le billet gratuit car il est en fauteuil roulant et ses enfants et lui ont un abonnement. Selon lui, il s'agit d'un exemple qui va loin de publicité trompeuse qui incitera de nombreuses personnes à un achat inutile et trompeur.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que l'action est une initiative annuelle à l’occasion de la fête des mères. Il suppose qu'une mère qui se rend dans un des 4 parcs de Plopsa le fait toujours en compagnie d'un ou de plusieurs enfants. C'est pourquoi l'action est prévue de manière à ce que la maman puisse "accompagner" gratuitement ses enfants (qui paient).
Les billets étaient ajoutés comme extra autour de l'hebdomadaire. A l'avant, il était indiqué que les conditions de l'action pour les billets pouvaient être lues à l'intérieur. De l'autre côté, il était indiqué que les billets gratuits valaient en combinaison avec au moins un billet payant. L’annonceur est d'avis que le consommateur a ainsi été suffisamment informé des conditions de cette offre.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance des messages publicitaires en question et de la plainte qui y a trait.

Il a constaté que l’annonce dans le magazine concerné et l’e-mailing promotionnel à l’occasion de la fête des mères mentionnent tous deux “4 gratis Plopsa-tickets” et “gratis tickets voor de 4 Plopsa-parken” et montrent une image du recto des 4 tickets d’entrée en question.

Il a néanmoins également noté que, au verso des billets attachés à l’édition suivante du magazine, on pouvait entre autres lire le texte suivant (mutatis mutandis en fonction du parc d’attraction) :
“Het gratis ticket is enkel geldig i.c.m. minstens één ander betalend standaardticket ≥1m* aangekocht aan de kassa van Plopsaland De Panne of online via www.plopsa.be. (…)
*Standaardticket ≥1m aangekocht zonder enige vorm van korting (prijs: € 36,50).”.

Bien que, suite à la réponse de l’annonceur, le Jury ait pris note du fait que celui-ci visait avec l’action la situation où une mère se rend dans un parc d’attraction en compagnie d’un ou de plusieurs enfants qui paient, il est d’avis que l’annonce et l’e-mailing qui annonçaient l’action devaient déjà indiquer qu’il s’agissait ici de billets d’entrée gratuits à l’achat de billets payants.

Il est notamment d’avis que la condition limitative susmentionnée constitue une information substantielle dont le consommateur a besoin pour prendre une décision commerciale en connaissance de cause. Il est donc d’avis que les publicités concernées par la plainte omettent une information substantielle en ne mentionnant pas cette condition limitative.

Le Jury a dès lors estimé que ces publicités constituent une omission trompeuse au sens de l’article VI. 99 du Code de droit économique et sont contraires aux articles 3 et 5 du Code de la Chambre de Commerce Internationale.

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury a dès lors demandé à l’annonceur de modifier les publicités en question et à défaut, de ne plus les diffuser.

Suite

L’annonceur a confirmé qu’il tiendra compte de la décision du Jury.