DE PERSGROEP - 04/08/2016

Annonceur: 
DE PERSGROEP
Produit/Service: 
De Morgen
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Culture et éditions
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Jeudi, 4 août 2016
Description de la publicité

Le message sur Facebook mentionne ce qui suit :

“Nieuw – Aanbod bij De Morgen. Geniet van een iPhone SE bij uw abonnement op de Morgen. Keuze tussen 16GB of 64GB”.
En dessous, une image de l’iPhone, le texte « DeMorgen. + iPhone SE » et un bouton « Ontdek nu » sur lequel on peut cliquer.
En dessous, le texte “Krijg een iPhone SE bij Uw Abonnement op De... www.demorgen.be/iphone-se” et un bouton “Learn More” sur lequel on peut cliquer.

Motivation de la plainte

Le plaignant a vu le message sur Facebook et est d’avis qu’il s’agit ici d’une publicité mensongère.
On mentionne en effet « Krijg een iPhone bij uw abonnement op De Morgen » et normalement quand on reçoit quelque chose, c’est gratuit.
Les personnes pensent qu’elles reçoivent un iPhone quand elles prennent un abonnement, mais rien n’est moins vrai quand on clique sur le lien.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que l’annonce mentionne « Geniet van een iPhone SE bij uw abonnement » et « Krijg een iPhone SE bij uw abonnement ». Il s’agit ici de ce qu’on appelle un abonnement à un paquet où le paquet est moins cher que quand on achète De Morgen et l’iPhone séparément au magasin (à la librairie).

Le plaignant suggère que “krijgen” implique que c’est gratuit. L’annonceur est cependant d’avis que recevoir, obtenir ou acquérir quelque chose ne peut pas automatiquement être considéré comme « gratuit ».

S’il offrait l’iPhone gratuitement avec un abonnement, il le communiquerait ainsi (“Krijg nu gratis iPhone bij abonnement”). L’annonce ne mentionne néanmoins pas non plus l’avantage du paquet « Krijg nu een iPhone met €170 korting bij uw abonnement ». Il est renvoyé au bouton « meer informatie » sur lequel on peut cliquer.

Quand on clique sur “meer informatie”, on arrive directement sur une image avec les différentes formules de paquets, où est mentionné le prix mensuel par formule, le supplément de prix unique au début de l’abonnement, ainsi que l’avantage.

A côté de “Uw voordeel”, il est mentionné: “Uw voordeel is berekend op basis van de winkelprijs voor de iPhone SE 16GB (€489) of 64GB (€589) en de losse verkoopprijs van de papieren krant en/of de digitale weekprijs in de iTunes store”. A côté de “voordeelbedrag” pour la formule complète (€617) par exemple, il est mentionné “voordeel krant: €447 – voordeel iPhone: €170”.

En bas de la page, à côté de « Veelgestelde vragen » se trouve encore plus d’explication concernant l’offre.

L’annonceur estime dès lors que la publicité dans le cadre de cette campagne de recrutement n’est pas de nature à tromper le consommateur.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de la publicité en question et de la plainte qui a été formulée contre celle-ci.

Il a noté que la plainte concerne une publicité sur Facebook avec une image d’un iPhone, qui mentionne entre autres ce qui suit : “Krijg een iPhone SE bij Uw Abonnement op De... www.demorgen.be/iphone-se”.

Le Jury suit le plaignant dans le sens où il est d’avis que le verbe « krijgen » dans la langue néerlandaise renvoie clairement à la possibilité d’obtenir quelque chose gratuitement.

Le Jury a cependant constaté sur le site de l’annonceur que l’offre signifie que, après un payement unique de 79€ ou de 179€ en fonction du modèle, on doit encore payer un coût mensuel pendant deux ans pour l’iPhone. Cela revient donc à ce que l’avantage pour l’iPhone est de 170€, comme c’est mentionné sur le site.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury est d’avis que la publicité sur Facebook peut ainsi tromper le consommateur moyen. Le Jury est notamment d’avis que le consommateur peut être trompé par l’utilisation du mot « krijg » en ce qui concerne l’existence d’un avantage spécifique.

Le Jury est de plus d’avis que l’information montrée sur le site de l’annonceur après avoir cliqué ne change rien dans ce cas au caractère trompeur de la publicité même.

Le Jury a donc estimé que la publicité est trompeuse au sens des articles 3 et 5 du code de la Chambre de Commerce Internationale (code ICC).

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury a donc demandé à l’annonceur de modifier la publicité sur ce point, et à défaut de ne plus diffuser cette publicité.

Suite

L’annonceur a modifié la publicité.