CORONA DIRECT - 28/11/2016

Annonceur: 
CORONA DIRECT
Produit/Service: 
Assurance auto
Média: 
Radio
Internet
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Lundi, 28 novembre 2016
Description de la publicité

Spot radio :

Homme : « Alors, vous avez déjà fait une bonne prise ? Moi oui, une assurance auto qui me coûte moitié moins cher. Eh oui, j’ai pris l’assurance au kilomètre de Corona Direct. Et en plus, j’ai directement reçu 3.000 km gratuits. »
VO : « Ne payez que les kilomètres que vous parcourez réellement avec l’assurance au kilomètre de Corona Direct. Et recevez maintenant en plus 3.000 km gratuits au 02/244.22.22 ou sur coronadirect.be. »

Site internet :

Sur le site, l’action est annoncée sur la page d’accueil avec l’image de deux hommes en train de pêcher et le texte « L’Assurance au Kilomètre – Calculez votre avantage » et dans un rond orange « Maintenant 3.000 km gratuits ».

La section « Auto » du site contient la même image avec entre autres dans un rond orange « Maintenant 3.000 km gratuits* ».
En dessous de cette page, en petits caractères :
« * Après votre première année d’assurance, 3.000 km seront déduits du nombre de kilomètres que vous aurez roulés. Vous avez roulé moins de 3000 km ? Alors vous recevez gratuitement ce nombre de kilomètres. Promotion valable pour les nouveaux contrats basés sur les offres demandées en septembre, octobre ou novembre 2016 et renvoyées signées pour accord endéans les 8 semaines. Sous réserve d’acceptation par Corona Direct. Offre sous conditions. »

Motivation de la plainte

Ce qui dérange le plaignant dans cette publicité, c’est la mention qu’ils offrent 3.000 km gratuits. Cela donne selon lui l’impression que si on souscrit à cette assurance, on ne doit pas payer pour les premiers 3.000 km qu’on roule avec sa voiture et qu’on devra seulement payer après ces 3.000 km.
Vu qu’il ne roule que 1.500 km par an, il pensait qu’il roulerait gratuitement les deux premières années. Il s’est avéré que ce n’est pas le cas, ces 3.000 km sont multipliés par un facteur et on ne reçoit que quelques dizaines d’euros de réduction. Selon lui, cette publicité est donc mensongère.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que des conditions sont liées à cette promotion, qu’il communique clairement sur son site et dans son offre. Il a renvoyé à cet égard au disclaimer sur son site.

Il suppose que le client qui a introduit la plainte a conclu un contrat pour 1.500 km par an et a effectivement roulé 1.500 km. Au début et à la fin de l’année d’assurance, il demande le nombre de kilomètres et calcule ainsi le nombre de kilomètres effectivement roulés.

Après la première année, il déduit les 3.000 km du nombre de kilomètres effectivement roulés. Dans ce cas, le résultat serait négatif (- 1.500 km), ce qui signifierait que le client n’a non seulement pas payé de kilomètres la première année mais est ou a été remboursé encore une fois 1.500 km.

La prime de son assurance au kilomètre est composée d’une partie fixe et d’une partie variable au kilomètre. Le client peut parfaitement lire ceci dans l’offre de prix, ainsi que le prix par kilomètre. C’est sur la base de ce prix par kilomètre que l’annonceur calcule la prime d’assurance après chaque année.

Avec sa promotion « 3.000 km gratuits », l’annonceur ne veut aucunement induire le consommateur en erreur. C’est pour lui la promotion parfaite parce qu’elle explique en même temps le fonctionnement de son assurance au kilomètre.

Le fonctionnement de son assurance au kilomètre est pour lui semblable à celui des fournisseurs d’eau, gaz et électricité où un acompte est payé sur la base d’une consommation estimée et où à la fin de l’année cet acompte est déduit de la consommation réelle. Chez ces fournisseurs également, le prix est divisé en coûts fixes (non variables sur la base de la consommation) et coûts variables sur la base de la consommation.

Suite à une demande d’informations complémentaires de la part du Jury, l’annonceur a enfin communiqué quelques données factuelles sur le fonctionnement de l’assurance au kilomètre et la promotion, avec des exemples d’une offre, d’une police et d’un décompte annuel, d’où ressort ce fonctionnement.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question qui mentionne entre autres : « Et en plus, j’ai directement reçu 3.000 km gratuits. » ; « Et recevez maintenant en plus 3.000 km gratuits au 02/244.22.22 ou sur coronadirect.be. ».

Il a également noté que la page d’accueil du site auquel il est renvoyé mentionne « Maintenant 3.000 km gratuits » sans plus de détails et que dans la section « Auto » du même site, renvoyant à la mention « Maintenant 3.000 km gratuits* », il est mentionné en petits caractères en bas de cette page :
« * Après votre première année d’assurance, 3.000 km seront déduits du nombre de kilomètres que vous aurez roulés. Vous avez roulé moins de 3000 km ? Alors vous recevez gratuitement ce nombre de kilomètres. Promotion valable pour les nouveaux contrats basés sur les offres demandées en septembre, octobre ou novembre 2016 et renvoyées signées pour accord endéans les 8 semaines. Sous réserve d’acceptation par Corona Direct. Offre sous conditions. ».

A cet égard, suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a noté que la prime de son assurance au kilomètre est composée d’une partie fixe et d’une partie variable par 100 kilomètres et que, après la première année d’assurance, un calcul est effectué pour cette partie variable de la prime, qui tient compte du nombre réel de kilomètres roulés et des éventuels kilomètres promotionnels. Ainsi, un client qui a roulé moins de kilomètres que le nombre prévu est remboursé d’une partie de la prime.

Par rapport à ceci, il a pris note des exemples d’une offre et d’un décompte en fin d’année que l’annonceur a ajoutés à sa réponse et dont ressort en effet ce fonctionnement de l’assurance au kilomètre.

Le Jury est cependant d’avis que le spot radio examiné affirme en termes trop absolus que les 3.000 kilomètres promotionnels ne seraient pas seulement « gratuits » mais également « directement » (ou « maintenant ») « gratuits » et crée ainsi une fausse impression quant à la nature de l’avantage de prix promu.

Il est de plus d’avis que le disclaimer auquel renvoie l’annonceur (qui n’est de plus pas présent sur la page d’accueil où les affirmations promotionnelles figurent pourtant également) ne suffit pas pour expliquer le fonctionnement susmentionné de son assurance au kilomètre.

Il est notamment d’avis qu’il ne ressort pas clairement des termes de la publicité qu’une partie fixe de la prime devra être payée dans tous les cas pour pouvoir bénéficier des « 3.000 km gratuits » annoncés et que le décompte des 3.000 km dans la partie variable de la prime ne s’effectue qu’à la fin de la première année, et que cette information n’est pas facilement accessible sur le site auquel renvoie la publicité.

Le Jury a dès lors estimé que la publicité est de nature à pouvoir induire le consommateur moyen en erreur et renvoie notamment à tort au caractère « gratuit » des 3.000 km comptabilisés après coup dans la partie variable de la prime et qui font en réalité l’objet de la promotion.

Vu ce qui précède et sur la base des articles 5 et 7 du code de la Chambre de Commerce Internationale (code ICC), le Jury a dès lors demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut, de ne plus la diffuser.

Suite

L’annonceur a confirmé qu’il respectera la décision du Jury.