COMEOS - 19/06/2018

Annonceur: 
COMEOS
Produit/Service: 
Campagne ‘De Blauwe Zaak’
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Responsabilité sociale
Autres
Initiative: 
Association socio-culturelle
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 19 juin 2018
Description de la publicité

Le spot qui est disponible sur la page YouTube de Comeos et sur le site internet de la campagne deblauwezaak.be montre une image divisée en deux avec des deux côtés un homme qui entre dans un garage en terminant de boire une canette. A gauche, il jette la canette dans une poubelle avec un sac PMC bleu, à droite dans une boîte en carton avec des bouteilles et des canettes vides.
Texte à l’écran: “De blauwe zak vs. Statiegeld”.
L’image à droite se déplace vers la gauche et à gauche la poubelle avec le sac PMC reste à l’écran.
L’homme à droite met la boîte en carton dans la voiture.
Texte à l’écran: “Nadeel nr. 1: Lege blikjes & plastic flessen terug naar de supermarkt.”
L’homme part avec la voiture et quand il veut sortir la boîte de la voiture, le fond de la boîte se déchire et les bouteilles et canettes tombent dans le coffre.
Texte à l’écran: “Nadeel nr. 2: Ongewenste vloeistoffen en geuren in je auto.”
L’homme arrive au supermarché avec un caddie plein de bouteilles et de canettes et fait la file devant l’appareil automatique où une femme plus âgée dépose lentement ses bouteilles. L’homme réagit de manière frustrée et écrase une canette.
Texte à l’écran: “Nadeel nr. 3: Lekker lang aanschuiven in de supermarkt.”
Quand c’est au tour de l’homme, la canette écrasée est refusée par l’appareil automatique. Finalement, l’homme jette la canette dans la poubelle à côté de l’appareil automatique.
Texte à l’écran: “Er zijn betere oplossingen tegen zwerfvuil dan statiegeld.”

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, l’allégation “Er zijn betere oplossingen tegen zwerfvuil dan statiegeld.” (il y a de meilleures solutions contre les déchets que la consigne) est trompeuse envers le consommateur, a pour but de présenter la consigne comme inefficace et désagréable pour le consommateur et de pouvoir continuer à utiliser des bouteilles et des canettes jetables et il s’agit d’un mensonge flagrant qui veut créer la confusion chez tous les consommateurs flamands par rapport à l’utilité de la consigne.
Selon lui, cela est contraire à toutes les règles d’éthique et de loyauté. Toute la vidéo est un exemple classique de publicité mensongère : de la publicité pour des produits dans des emballages jetables que Comeos continue à défendre malgré la vérité et aux dépens de l’environnement. Comeos plaide de facto pour plus d’emballages jetables, donc plus de déchets.
La consigne est pourtant la seule mesure qui prévient des grandes quantités de déchets (contrairement à la collecte) et Comeos trompe ici le consommateur avec des fausses affirmations et insinuations, alors qu’il passe les avantages sous silence. Les inconvénients des emballages jetables dont il fait la promotion (déchets, coût de collecte, ‘plasticsoep’) sont de plus simplement passés sous silence.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que la plainte est basée sur différentes erreurs.
Avec cette vidéo, il veut prendre position dans le débat social actuel sur la consigne. Il ne voit donc pas du tout comment on peut considérer la vidéo comme de la publicité. Il ne vend pas non plus des biens ou services et la vidéo ne peut donc pas être de la publicité.
Contrairement à ce que prétend le plaignant, la vidéo n’est pas de la publicité pour des produits en emballages jetables. Le plaignant omet de faire la différence entre des emballages jetables (ce sont des emballages pour un usage unique) et des emballages de boissons (canettes et bouteilles PET). La vidéo ne concerne que des emballages de boissons ; ceux-ci sont ramassés de manière sélective et recyclés.
Contrairement à ce que prétend le plaignant, il offre bien une alternative, à savoir le ramassage d’emballages de boissons via le sac bleu. Via le sac bleu, les emballages de boissons sont ramassés de manière sélective et ensuite recyclés. Les avantages de cette alternative sont notamment mis en avant dans la vidéo.
Contrairement à ce que prétend le plaignant, il ne plaide pas pour plus d’emballages jetables et plus de déchets. Dans le passé, il a déjà pris des engagements énormes dans la lutte contre les déchets.
Selon lui, la vidéo n’est donc pas de la publicité et le contenu n’est pas du tout mensonger, malhonnête ou trompeur.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot en question et de la plainte qui le concerne.

En ce qui concerne sa compétence, le Jury tient d’abord à rappeler que celle-ci s’étend à la publicité non commerciale, telle que notamment la campagne d’opinion en question, au sens des Règles du JEP en matière de publicité non commerciale.

Le Jury a ensuite souligné qu’il se limite à examiner le contenu de la publicité sans se pencher sur le débat concernant l’introduction d’une consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique, qui ne fait pas partie de sa compétence.

Sur le fond, le Jury est d’abord d’avis qu’il est en l’espèce assez clair que le spot se situe dans une campagne d’opinion d’une association professionnelle qui est opposée à l’introduction de la consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique.

Il est en particulier également d’avis que le spot ne sera pas interprété par le consommateur moyen comme une publicité pour (plus) de produits en emballages jetables.

Il est de plus d’avis que le spot utilise l’humour pour promouvoir d’une manière caricaturale et exagérée l’option que l’annonceur préfère, à savoir la collecte sélective d’emballages de boissons via le sac PMC bleu, mais n’est pas de nature à être pris au premier degré par le consommateur moyen comme la seule représentation réaliste de l’alternative contestée ou à être perçu comme offensant pour les supporters de cette alternative.

Compte tenu des éléments susmentionnés et du fait que le consommateur moyen est capable de juger cette communication dans son contexte (comme une communication d’un opposant à l’introduction de la consigne sur les canettes et bouteilles en plastique), le Jury est d’avis que ce spot n’est pas de nature à tromper le consommateur moyen en ce qui concerne l’intention de celui-ci.

Le Jury est également d’avis que les images et les textes utilisés montrent un lien direct et proportionnel avec le but de la campagne de l’annonceur et ne sont pas de nature à dénigrer ou discréditer un certain groupe de personnes ou une certaine attitude.

Le Jury a dès lors estimé que le spot en question n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de publicité non commerciale sur ces points.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.