CENTRE D'INFORMATION POUR L'UTILISATION RATIONNELLE ET L'ECONOMIE DU MAZOUT (Informazout) - 18/10/1999

Annonceur: 
CENTRE D'INFORMATION POUR L'UTILISATION RATIONNELLE ET L'ECONOMIE DU MAZOUT (Informazout)
Produit/Service: 
Mazout/label Optimaz
Média: 
Magazine
Critères d'examen: 
Environnement
Initiative: 
Association de consommateurs
Catégorie: 
Energie et combustibles
Type de décision: 
Recommandation de suspension aux médias
Date de clôture: 
Lundi, 18 octobre 1999
Description de la publicité

Sur le thème des vacances payées par les économies réalisées, l'annonce montre un plongeur et décrit les avantages des chaudières portant le label « Optimaz » en ce qui concerne la sobriété et rappelant ceux du mazout quant à la sécurité, la liberté d'approvisionnement et la pollution. Le certificat de qualité Optimaz est présenté comme garantissant une installation la plus économique, fiable, sûre et « respectueuse de l'environnement ». Dans un paragraphe sous le titre « le chauffage au mazout ne pollue pratiquement pas », il est fait référence à une étude de la VUB et à des rapports de l'Union européenne desquels il ressort que la pollution par le chauffage au mazout est insignifiante et bien au-dessous des normes européennes les plus strictes. Le texte ajoute qu' « en se chauffant correctement au mazout on peut avoir la conscience tranquille ». Bon à renvoyer pour obtenir plus d'informations.

Motivation de la plainte

L'annonce illustrée par l'océan est considérée comme non conforme à plusieurs dispositions du code de la publicité écologique. Les affirmations concernant le respect de l'environnement sont trompeuses, absolues et imprécises, car même s'il y a progrès au niveau des rejets, le chauffage au mazout dégage des gaz de combustion, dont du CO2 impliqué dans l'effet de serre et les normes européennes ne sont pas les plus sévères. La question du degré de pollution du mazout par rapport au gaz naturel est posée et la référence à la bonne conscience est mise en cause.

Position de l'annonceur

En expliquant le thème de la publicité, l'annonceur a fait valoir que l'objectif du message et dès lors son contenu vise à promouvoir les nouvelles installations au mazout par rapport aux anciennes en termes d'économies, sans aucune référence ou comparaison avec d'autres combustibles. Il a souligné que les références à la pollution doivent être appréciées dans ce contexte précis et qu'elles ne sont dès lors pas en contradiction avec le code, toute information complémentaire à une annonce nécessairement synthétique pouvant être obtenue en renvoyant le bon ou en consultant le site Internet. L'appréciation sur les normes européennes lui paraît péremptoire et la référence à la bonne conscience admissible dans l'hypothèse d'un chauffage correct au mazout.

Décision du Jury

Considérant que la publicité est centrée sur la mise en évidence des propriétés des nouvelles chaudières portant le label « Optimaz » par rapport aux installations antérieures et que le message ne contient aucune référence comparative à d'autres combustibles, le Jury a estimé que la mention « respectueuse de l'environnement » concerne ce type d'installation et non le mazout en général, ce qui n'induit pas d'infraction à l'art. 6 du code (indication claire des propriétés auxquelles s'appliquent les effets sur l'environnement) ni à l'art. 7 (interdiction des slogans absolus). Il n'est pas dit que l'installation est la plus respectueuse de l'environnement mais qu'étant la plus économique, elle est aussi respectueuse de l'environnement, le texte expliquant par ailleurs l'économie de consommation et n'impliquant pas qu'il n'y a pas d'effet sur l'environnement (la pollution n'étant pas niée). Cependant, constatant que certains paragraphes du texte font référence au mazout en général et que les expressions utilisées pour caractériser la pollution sont vagues et imprécises, le Jury a estimé que la présentation comportait un risque d'imprécision et de confusion entre installations Optimaz et mazout en général quant aux effets en termes de pollution, non conforme à l'art. 3 du code (présentation de nature à induire en erreur). Il a dès lors recommandé de modifier cette présentation. Par ailleurs, la publicité ne faisant pas explicitement référence à l'absence ou la réduction d'éléments ayant un effet sur l'environnement, si ce n'est la réduction de consommation, l'art. 8 (mention de la réduction des éléments ayant un effet sur l'environnement) ne trouve pas à s'appliquer. La comparaison n'étant pas faite entre le mazout et le gaz naturel, l'art. 14 (justification probante) ne s'applique pas davantage quant à la preuve de la différence de pollution entre les 2 combustibles.

Suite

L'annonceur a pris bonne note de la recommandation du Jury pour l'avenir en indiquant que de manière générale et permanente, il veille à éviter tout risque de confusion ou d'équivoque. Il a décidé de ne plus publier l'annonce. La même annonce, avec un autre visuel mais un texte identique, étant encore diffusée et l'annonceur n'ayant pas réservé une suite favorable à la recommandation de ne plus la diffuser également, le Jury s'est vu obligé d'adresser une recommandation de suspension aux media.