CARREFOUR - 11/10/2006

Annonceur: 
CARREFOUR
Produit/Service: 
Le mois Carrefour www.LesFemmesAuPouvoir.be
Média: 
Quotidien
Critères d'examen: 
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Commerce et distribution
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 11 octobre 2006
Description de la publicité

L'annonce fait la promotion de produits disponibles dans le supermarché en question (des moules et un PC portable avec mention du prix et bref descriptif du produit). Au-dessus, 7 femmes sont représentées, avec à gauche, la mention « Le mois Carrefour, www.LesFemmesAuPouvoir.be, offres valables les mercredi 27 et jeudi 28 septembre ». Sous la représentation des 7 femmes, l'une d'entre elle est mise en avant, entourée d'un cercle rouge, avec la mention « Danielle, 59 ans, retraitée, célibataire, 1 enfant ».

Motivation de la plainte

Cette publicité est terriblement sexiste puisqu'elle confine la femme dans son rôle de ménagère et que le mot « pouvoir » est complètement vidé de son sens !

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que ses clients sont importants et qu'il souhaite connaître leurs avis et idées qui peuvent l'aider à s'améliorer. Il affirme que 70% de ses clients sont des femmes. L'objectif de cette action est de composer un panel de 7 femmes différentes qui symbolisent les personnes qui fréquentent le Carrefour. Emancipées, des femmes fortes qui font valoir leur opinion. Des rencontres sont organisées régulièrement afin de discuter de différents thèmes et elles peuvent effectivement formuler des propositions aux différents services de Carrefour Belgium qui en tient compte. Il renvoit enfin à un communiqué de presse qui annonce et explique l'action en question.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que la publicité en question représente 7 femmes et utilise le slogan «le mois Carrefour – www.LesFemmesAuPouvoir.be». Il est d'avis que la représentation de femmes combinée au slogan « Les femmes au pouvoir » n'est pas de nature à être considérée comme étant sexiste. A défaut d'infractions aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.