CAR-PASS - 15/06/2016

Annonceur: 
CAR-PASS
Produit/Service: 
Car-Pass
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 15 juin 2016
Description de la publicité

Homme avec accent italien : « Buongiorno, trafiquer le compteur kilométrique ? Avec le Car-Pass, è finita la commedia. Au garage, au centre des pneus, au contrôle technique, tout le monde le sait, le kilométrage est encodé à chaque passage dans une grande base de données. Et quand vous voulez revendre votre voiture, il se retrouve sur le Car-Pass et ça doit correspondre avec votre compteur, capisci ? »
VO : « Car-Pass, depuis 10 ans, la garantie officielle du kilométrage réel. »

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que dans la publicité, un italien est fâché de ne plus pouvoir tricher en falsifiant le kilométrage des voitures.
En tant qu’italien, ça lui fait penser à du racisme, comme si toute sa nation était connue pour tricher et voler. Il se demande pourquoi un organisme comme Car-Pass, qui fait de la légalité son but, peut s'en sortir en se moquant d'une communauté entière qui est très présente en Belgique.

Position de l'annonceur

L’annonceur regrette que ce spot radio ait pu heurter certains ressortissants italiens vivant en Belgique, mais ne partage cependant pas l’argument sommaire avancé par le plaignant pour justifier sa demande.
L’annonceur a rappelé que le spot radio incriminé vise à sensibiliser le public à l’intérêt du certificat « Car-Pass » dans la lutte contre les fraudes au compteur kilométrique.
Le message essentiel de la communication incriminée est repris, on ne peut plus clairement, en fin de spot : « Car-Pass, depuis 10 ans, la garantie officielle du kilométrage réel ».

Il est tout à fait exact que ce spot va bien au-delà de la simple mention de ce message. L’idée de ce spot est de capter au maximum l’attention de l’auditeur afin d’inscrire durablement dans son esprit ce message essentiel. Pour y arriver le spot fait référence à l’humour et à la caricature.
Selon l’annonceur il s’agit clairement d’une parodie du film Le Parrain, film culte et monument du cinéma international. L’objectif est clairement de prendre à contre-pied le cliché du « Parrain », l’incarnation -du moins cinématographique- de la malhonnêteté. Ce film et son atmosphère générale ont donc servi de source d’inspiration pour la conception du spot radio incriminé.
En revanche, contrairement à ce que l’on pourrait normalement attendre d’un « Parrain », celui-ci constate et refuse d’envisager encore participer à la fraude au compteur kilométrique. Le spot radio incriminé joue donc sur les préjugés des auditeurs (mafia égal trafic en tout genre) et en prend le contre-pied en remettant en question le cliché habituel. Le spot radio suggère que les personnes malhonnêtes ne sont pas ou plus celles que l’on imagine de prime abord.

Eu égard à ce qui précède et au caractère manifestement parodique et caricatural du spot radio incriminé, on aperçoit difficilement comment il pourrait être compris au premier degré, comme le suggère le plaignant, comme créant un amalgame entre la mafia et l’importante communauté italienne vivant en Belgique. Ce spot n’est en aucun cas de nature à jeter le discrédit sur les ressortissants italiens vivant en Belgique.

En conclusion, l’annonceur est d’avis que la communication incriminée ne tente pas d’attirer le mépris ou le ridicule public sur des personnes ou catégories de personnes (art. 12 Code ICC). Le spot radio en question n’encourage pas davantage, ni ne cautionne, une forme quelconque de discrimination, fondée sur la race, l’origine nationale, ou le sexe, au sens de l’article 4 du Code ICC et du point 3 des règles du JEP relatives à la représentation de la personne humaine. Il ne valorise pas, même indirectement, des sentiments ou des comportements d’exclusion, d’intolérance ou de racisme, mais contribue, au contraire, incidemment, à lutter contre ceux-ci en en prenant le contre-pied.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot radio met en scène un homme avec un accent italien, qui présente le produit en question comme outil de lutte contre les fraudes au compteur kilométrique.

Le Jury est d’avis que le caractère parodique et caricatural du spot témoigne bien du second degré présent dans la mise en scène et sera perçu comme tel par l’auditeur moyen.

Le Jury a estimé que l’utilisation de l’accent italien dans ce spot n’est pas de nature à être considérée comme un stéréotype évoquant les caractères censés être représentatifs d’un groupe de personnes et allant à l’encontre de l’évolution de la société ou des idées acceptées par de larges couches de la population.

Le Jury a également estimé que ce spot radio n’est pas de nature à dénigrer ou à stigmatiser les Italiens et n’évoque pas de comportement intolérant ou raciste.

Compte tenu du contexte de la publicité, le Jury a estimé que celle-ci ne comporte pas non plus de discrimination fondée sur l’origine nationale.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.