CANAL+ - 11/01/2002

Annonceur: 
CANAL+
Produit/Service: 
Canal digital +
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Culture et éditions
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Vendredi, 11 janvier 2002
Description de la publicité

Une première affiche avec comme titre « Nous déballons avec mission impossible 2 » montre sur fond rouge une cassette vidéo avec les mentions “IMFI-2” et “Warning. Choking hazard-Small parts. Not for children under 3 years” et la reproduction de plusieurs objets tels que casque de moto, lunettes, corde, bottine de l'armée, équipement de plongée, ainsi que la représentation d'un Roi mage.
Une deuxième affiche avec comme titre « Nous sortons gladiator de l'étable » montre d'une part l'image d'un ange avec une aile casée, une minerve et une serviette ensanglantée et d'autre part un personnage qui ressemble à un gladiateur avec une béquille. Une affiche semblable montre en plus un Roi mage avec les 2 mains bandées.
Une troisième affiche avec comme titre « Nous sortons le meilleur football de l'étable » montre Joseph, Marie, le bœuf et un Roi mage qui sont placés comme des joueurs sur la barre d'un jeu de football de table.

Motivation de la plainte

Ces affiches se moquent de la Sainte famille et de l'événement de Noël, ce qui signifie une offense pour la religion catholique.
 

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir qu'il regrettait que le message ait heurté des personnes dans leurs convictions religieuses ce qui n'était pas son intention. Il a souligné que souhaitant utiliser un thème largement connu, il a choisi en décembre des symboles de la fête de Noël notamment l'étable dont tout le monde connaît l'histoire afin de le mettre de manière ludique en relation avec ses programmes (films et sport), notamment avec un clin d'œil pour que les gens regardent ses émissions de sport pendant les vacances de Noël ou mettent un abonnement de Canal+ sous le sapin de Noël.

Décision du Jury

Considérant que les messages ne montrent aucun élément qui soit lié au cœur de la foi ou qui ridiculise la religion, le Jury a estimé que les affiches ne sont pas de nature à heurter les convictions religieuses quant au fond. Il n'a dès lors pas formulé de remarque.

Suite

L'annonceur prendra dans le futur les mesures nécessaires pour éviter des plaintes.