CAMPINA - 19/08/2008

Annonceur: 
CAMPINA
Produit/Service: 
Sensibilisation concernant l'ostéoporose
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Véracité
Légalité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Produits alimentaires
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mardi, 19 août 2008
Description de la publicité

Un spot TV montre des adultes qui mangent à table dans le jardin. Différents produits laitiers (sans marques) sont montrés. Une des femmes (Marleen Gommeren, diététicienne et expert en nutrition) dit: zeker 8 op 10 vrouwen nemen dagelijks onvoldoende calcium in en zijn dus zonder het te weten wellicht op weg naar osteoporose. En dat is dramatischer dan het lijkt. Meer dan een kwart van de 55 plussers die een heupfractuur oplopen, sterven binnen het daaropvolgende jaar. Van jongs af aan dagelijks voldoende calcium innemen en regelmatig bewegen, is de beste bescherming voor je botten. Om aan je dagelijkse behoefte calcium te voldoen, heb je elke dag 5 à 6 porties melkproducten nodig. Dit is niet niks, maar je botmassa blijft zich je leven lang vernieuwen, dus heb je ook je leven lang calcium nodig. Bij calcium tekort gebeurt er dit (toont een broodstokje dat ze in twee breekt). Dagelijks voldoende calcium opnemen, dat is gewoonweg investeren in je toekomstige levenskwaliteit.

Motivation de la plainte

Ce spot décrit l’ostéoporose comme une maladie mortelle et dit que si tu te casses la hanche à 58 ans, tu décèdes en général dans l’année qui suit. Via ce spot, on fait peur aux gens et c’est exagéré.

Position de l'annonceur

L’annonceur a fait valoir qu’il s’est basé pour ce spot sur la littérature parue dans ce domaine et que ça lui a également été confirmé par des experts belges en la matière. Il renvoie à un passage du Reader’s Digest.

Décision du Jury

Le Jury a examiné ce spot :

Allégation en ce qui concerne la fracture de la hanche

Tout d’abord, le Jury a constaté que l’affirmation utilisée dans le spot est la suivante :
… plus d’un quart des personnes âgées de plus de 55 ans qui ont une fracture de la hanche décèdent dans l’année qui suit…

Le Jury a constaté que cette assertion va plus loin que le passage du Reader’s Digest (juin 2005).

D’autre part, le Jury estime que le passage auquel réfère l’annonceur ne comporte pas suffisamment de support scientifique pour appuyer une telle allégation relative à la santé (art. 2 code Fevia).

Le Jury est également d’avis que cette allégation suscite injustement inquiétude et crainte en ce qui concerne la santé, ce qui est contraire à l’art. 4, al. 2 du code ICC.

Référence à une diététicienne

Le Jury a constaté que le spot montre une personne avec comme sous-titre : Marleen Gommeren, diététicienne et expert en nutrition.

Le Jury estime que ceci est contraire à l’art. 2,5° de l’AR du 17 avril 1980 concernant la publicité pour les denrées alimentaires qui stipule que dans une publicité pour des denrées alimentaires il est interdit de représenter des personnes, des vêtements ou des appareils évoquant des professions médicales, paramédicales ou pharmaceutiques.

L’art.1 de l’AR du 19 février 1997 reconnaît la profession de diététicienne comme une profession paramédicale.

Identité de l’annonceur

Le Jury remarque que le spot en sa possession ne mentionne pas de qui il provient.

Si l’identité de l’annonceur n’est effectivement mentionnée nulle part dans le spot, ceci est contraire à l’art. 10 du code ICC.

Sur base de ce qui précède (infraction à diverses dispositions), le Jury a invité l’annonceur à ne plus diffuser ce spot.

L’annonceur a communiqué qu’il s’agit d’un mini programme sur l’ostéoporose et que ce publireportage a été diffusé suite à un malentendu dans la séquence publicitaire. Il s’en excuse. Il affirme que ce mimi programme est de nature générique et ne doit pas être considéré comme une publicité. De ce fait, l’identité de l’annonceur n’est pas mentionnée. Il confirme que ce spot ne sera plus diffusé pendant la séquence publicitaire.

Le Jury a pris note du fait que le spot ne sera plus diffusé pendant la séquence publicitaire. Le JEP n’est compétent que pour la publicité. Les programmes sortent de sa compétence.

Vu ce qui précède et à défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.