CAFE ’T PUTJE – BACARDI-MARTINI – ALBATROSS LIQUORS - 26/02/2016

Annonceur: 
CAFE ’T PUTJE – BACARDI-MARTINI – ALBATROSS LIQUORS
Produit/Service: 
Evenement Utopia Events
Média: 
Internet
Autre média
Critères d'examen: 
Autres
Initiative: 
Instance officielle
Catégorie: 
Boissons
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Vendredi, 26 février 2016
Description de la publicité

La bannière avec l’annonce de l’événement “AfterSchoolParty & #EOTW “DJ CONTEST” sur Facebook avec comme heure de début 16h contient à gauche une photo d’un masque de pharaon avec à côte le texte:
“Party like it’s the
End Of The World
Friday 20.11.2015
Afterschool @ ‘t Putje
Hi-Mode x DJ Contest Finalists”.

Ensuite, le café ‘t Putje a également partagé une photo du produit d’Albatross Liquors avec le texte “Vrijdag tasting tss 17.00 u en 18.00 u in ’t Putje”.

En ce qui concerne l’événement même, le plaignant a également communiqué des photos de:

  • un drapeau Albatross au café;
  • logo du rhum Bacardi dans le café;
  • un écran TV avec le texte « Ask for a Bacardi Cuba Libre ».

Sur l’écran TV en question apparaissaient entre autres des images de cocktails avec des produits de Bacardi-Martini et d’autres ingrédients avec le texte « Ask for a (nom cocktail) » et des spots TV existants pour ces marques.

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué qu’il y avait de nouveau une « Afterschoolparty » le vendredi 20 novembre 2015. Vu l’heure de début de 16h, celle-ci visait le public de l’enseignement secondaire, principalement des mineurs d’âge.
Pourtant, il y avait à de nombreux endroits dans le café de la publicité pour des boissons fortes. Ces boissons ne peuvent être consommées que par des majeurs.

  • Pendant l’Afterschoolparty, des shots gratuits d’Albatros (spiritueux) étaient distribués et il y avait un drapeau mobile d’Albatros devant la porte.
  • Pendant l’Afterschoolparty, des images vidéo étaient montrées sur différents écrans dans le café avec de la publicité de Bacardi, Bombay Sapphire et Eristoff (avec des slogans comme: Ask for a Bacardi Cuba Libre, Bacardi Gold Rum, Ask for a Bombay Sapphire Ultimate Gin & Tonic).
  • Pendant l’Afterschoolparty, des jeunes étaient confrontés à de la publicité de Bacardi sur le mur du café ‘t Putje.

Vu que le public présent était principalement mineur et que la publicité vise principalement les majeurs, les mineurs sont incités à une consommation illégale de spiritueux. Selon le plaignant, c’est une infraction à l’article 3.1 de la Convention alcool.

Position de l'annonceur

Le Jury a demandé une réaction aux différentes parties mentionnées dans la plainte.

Réaction du café ’t Putje

Le café ’t Putje a confirmé qu’il y avait eu un contrôle ce jour-là lors d’un événement organisé en externe qui avait lieu dans son café. La publicité de Bacardi se trouve là depuis l’ouverture du café; il n’y a jamais eu de remarques à ce propos lors de contrôles précédents. L’image vidéo s’y trouve tous les jours et est une création du réseau d’annonces DJ-Matic.
De plus, leur café est un café pour un public varié et pas seulement pour les jeunes. Pendant la semaine, il y a plus de personnes dans la trentaine que de mineurs. Le vendredi également il y a un public varié et pas seulement des mineurs et il n’est nulle part mentionné que l’activité vise les mineurs.
La simple présence d’une publicité standard pour par exemple Bacardi ne signifie selon lui pas par définition qu’il y a une infraction à l’article 3.1 de la Convention. Ils se demandent si chaque café doit alors enlever sa publicité parce qu’il y a un mineur dans le café. Ce n’est pas parce qu’il y a de la publicité pour de l’alcool dans un café que cela incite à une consommation exagérée ou irresponsable.
Le café ‘t Putje a également communiqué qu’il n’encourage personne dans son café à la consommation d’alcool mais qu’il effectue au contraire des contrôles très strictes. Il y a des stickers et des indications partout dans le café concernant la consommation d’alcool.
Ils ont également fait faire des bracelets par âge pour contrôler la consommation de boissons alcoolisées. Une autre précaution qu’ils ont prise est que les étudiants doivent laisser leur sac à dos à l’entrée parce que certains introduisent autrement subrepticement des spiritueux qu’ils achètent dans un magasin de nuit ou un autre magasin.
Il y a également des stickers avec l’indication de la consommation d’alcool par âge et des affiches de la ville.

Réaction Bacardi-Martini

Bacardi-Martini a communiqué qu’il n’était pas au courant de “l’afterschoolparty” organisée par le café ’t Putje le 20 novembre 2015. C’était un événement organisé par un acteur externe (Utopia Events). Bacardi n’a pas sponsorisé cet événement et n’a pas non plus essayé d’associer sa marque de quelconque manière à cet événement.
Le message Facebook qui fait de la publicité pour l’événement ne contient pas non plus de publicité pour des boissons alcoolisées. Les images qui ont été vues par le plaignant lors de l’événement sont des images standard de Bacardi-Martini Belgium, qui apparaissent sur l’écran DJ-Matic dans le café ‘t Putje, et une affiche pour le rhum Bacardi que l’entreprise a livré à ce café. Cette publicité n’est pas liée à « l’afterschoolparty » et a été livrée dans un but publicitaire général dans un établissement avec licence. DJ-Matic est un réseau d’annonces indépendant qui a des écrans dans environ 600 cafés, clubs, hôtels et restaurants en Belgique et aux Pays-Bas.
Depuis 2012, Bacardi-Martini Belgium a acheté des espaces publicitaires sur ces écrans.
L’article 3.1 de la Convention stipule que « la publicité ne peut pas inciter ou encourager une consommation irréfléchie, exagérée ou illégale ». Bacardi conteste toute infraction à la Convention via sa publicité payante via DJ-Matic ou l’affiche. La publicité apparaît dans un établissement avec licence, où seules les personnes qui ont l’âge requis peuvent légalement acheter ou consommer de l’alcool. Elle contient des images de boissons, présentées de façon décente et rien dans le contenu n’est irresponsable, exagéré ou illégal. Elle contient également la mention obligatoire « Ons vakmanschap drink je met verstand » et « Notre savoir-faire se déguste avec sagesse ». Ce serait une infraction aux Global Marketing Principles de l’entrepris d’inciter à une consommation irresponsable, exagérée ou illégale.

Réaction Albatross Liquors

Albatross Liquors a communiqué qu’il n’était pas présent à l’événement le soir des faits. La dégustation avait en effet été annulée au dernier moment en accord avec le café ‘t Putje. Le matériel promotionnel était prévu d’avance et ne pouvait plus être enlevé.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de la plainte et des informations supplémentaires communiquées par le plaignant concernant les communications pendant l’événement.

Il a également pris connaissance des réactions des différentes parties mentionnées dans la plainte, à savoir café ’t Putje, Bacardi-Martini et Albatross Liquors.

Le Jury a tout d’abord pris connaissance de la réaction du café ’t Putje qui renvoie entre autres aux communications et précautions dans le café en matière de limites d’âge pour les boissons alcoolisées, comme des stickers avec « Geen alcohol onder de 16 jaar – Geen sterke drank onder de 18 jaar », l’affiche de la campagne de sensibilisation gantoise « Zatte botten » et un système avec des bracelets colorés en fonction de l’âge des visiteurs. Le café ‘t Putje a également communiqué être un café pour un public varié où les publicités de Bacardi-Martini sont présentes normalement sans être liées à des événements spécifiques.

Ensuite, suite à la réponse de Bacardi-Martini, il a pris connaissance du fait qu’il ne sponsorisait pas cet événement organisé par un acteur externe et qu’il n’a pas non plus essayé d’associer sa marque à cet événement. Bacardi-Martini a également communiqué que les images vues par le plaignant lors de l’événement sont les images de boissons standards de Bacardi-Martini Belgium qui apparaissent sur l’écran DJ-Matic dans le café ‘t Putje et une affiche pour le rhum Bacardi qui a été livrée à ce café et que cette publicité n’est pas du tout liée à l’événement en question et a été livrée dans un but publicitaire général dans un établissement avec licence.

Enfin, suite à la réponse d’Albatross Liquors, il a noté que la dégustation à laquelle se réfère le plaignant a été annulée au dernier moment en accord avec le café mais que le matériel promotionnel prévu ne pouvait plus être enlevé, ce qui a été confirmé par le café ‘t Putje.

Ensuite, le Jury a d’une part examiné la communication concernant l’événement en question et d’autre part la communication pendant l’événement.

En ce qui concerne l’annonce de l’événement sur Facebook, le Jury est d’avis que celle-ci fait de la publicité pour l’événement annoncé et ne concerne pas de la publicité pour de l’alcool.

En ce qui concerne ensuite les communications pendant l’événement auxquelles se réfère le plaignant – un drapeau d’Albatross Liquors à l’entrée du café, une publicité pour Bacardi sur un mur dans le café, des images vidéo concernant différentes marques de Bacardi-Martini dans le café – le Jury a noté que ces publicités pour des boissons alcoolisées figurent dans ou à l’entrée d’un établissement avec licence, où seules les personnes ayant l’âge requis peuvent acheter ou consommer de l’alcool.

Le Jury est d’avis que ces publicités qui n’ont, à l’exception du drapeau d’Albatross Liquors, rien à voir avec l’événement spécifique ne ciblent pas les mineurs d’âge. Leur présence à un événement où des mineurs sont également présents ne signifie en effet pas qu’elles visent les mineurs d’âge.

Concernant le contenu des publicités concernées, le Jury est ensuite d’avis qu’il n’est pas démontré que les caractéristiques intrinsèques des publicités sont telles qu’elles seraient spécifiquement attrayantes pour les mineurs. Compte tenu de ce qui précède, il est également d’avis que les publicités concernées n’incitent pas à une consommation illégale.

Il est enfin également d’avis que ni le drapeau, ni la publicité au mur, ni les images vidéo en question n’incitent à une consommation irréfléchie ou exagérée.

Le Jury a dès lors estimé que les publicités ne sont pas en infraction avec les articles 2.1, 3.1 et 4.1 de la Convention.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.