BROUWERIJEN ALKEN MAES - 05/06/2018

Annonceur: 
BROUWERIJEN ALKEN MAES
Produit/Service: 
Cidre de pomme Strongbow
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Boissons
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mardi, 5 juin 2018
Description de la publicité

Le message Facebook avec le titre « A Strongbow a day, keeps the bad vibes away » contient une image d’un casier en bois avec des pommes avec le logo « Strongbow Apple Ciders » et d’une main qui prend une pomme.

Motivation de la plainte

Selon la plaignante, le slogan suggère qu’en buvant un Strongbow chaque jour, on est dans un bon état d’esprit et cela est contraire à plusieurs articles de la Convention alcool, à savoir :

- Art. 3.1: “A Strongbow a day” renvoie à une consommation quotidienne ;
- Art. 3.2: “keeps the bad vibes away” renvoie à un lien avec un effet psychologique/euphorisant positif ;
- Art. 3.5: il y a un lien de causalité dans le slogan : grâce à Strongbow on sera dans un état d'esprit plus heureux ;
- Art. 6.2: le slogan est basé sur le slogan bien connu “An apple a day keeps the doctor away” par lequel on fait une allégation de santé indirecte.

Position de l'annonceur

L'annonceur a communiqué qu’à la réception de la plainte, il a décidé de supprimer ce message unique sur Facebook. Il est conscient que certaines objections pouvaient être formulées contre le message Facebook sur la base de la Convention alcool. Compte tenu de son engagement en faveur d'une publicité responsable et du respect de la Convention alcool, il fera plus attention dans le futur à ce que le processus de vérification interne pour la publicité soit respecté avant de lancer un message sur les réseaux sociaux.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du post Facebook en question et de la plainte qui le concerne.

Le Jury est d’avis que le slogan utilisé – « A Strongbow a day, keeps the bad vibes away » - associe la consommation de boissons contenant de l’alcool à des effets psychologiques favorables qui permettent de combattre certains problèmes psychologiques ou de diminuer, voire supprimer, des états d’angoisse ou des conflits sociaux ou psychologiques et met en évidence des effets éventuellement stimulants, euphorisants, sédatifs, curatifs ou tranquillisants des boissons contenant de l’alcool.

Il a dès lors estimé que le message publicitaire est contraire à l’article 3.2 de la Convention en matière de publicité et de commercialisation des boissons contenant de l’alcool (ci-après : la Convention).

En ce qui concerne les autres dispositions de la Convention mentionnées par la plaignante, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler.

Compte tenu de ce qui précède et sur la base de la disposition susmentionnée, le Jury a donc demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut de ne plus la diffuser.

Suite

À cet égard, le Jury a noté que la publicité en question a déjà été supprimée par l’annonceur après réception de la plainte.