BRICO - 22/04/2016

Annonceur: 
BRICO
Produit/Service: 
Brico
Média: 
Radio
Internet
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Entretien et bricolage
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Vendredi, 22 avril 2016
Description de la publicité

VO1: « Salut les makers, ce dimanche chez Brico tout sera à - 15% et même - 20% avec la carte Brico Discount. Encore une belle occasion de réaliser vos projets. »
VO2: « Pour les makers, Brico ».

Motivation de la plainte

Le plaignant s’est rendu le samedi 2 avril au Brico de Sint-Pieters-Leeuw où il s’est avéré qu’il n’y avait pas de réduction. On lui a communiqué que la réduction ne valait que pour les magasins de Bruxelles.
Le spot radio ne contient pourtant aucune nuance quant à la limitation à Bruxelles alors qu’il est diffusé dans toute la Flandre. Sur le site internet, il est mentionné que l’action vaut en ligne et dans certains magasins, sans préciser de quels magasins il s’agit.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que l’action portait sur une réduction générale valable
- le samedi 02/04 dans tous les Brico de la partie néerlandophone du pays,
- le dimanche 03/04 dans tous les Brico de la partie francophone du pays.

Les spots radio dont il est question ont été diffusés sur les ondes néerlandophones en ce qui concerne la réduction du samedi 02/04 et sur les ondes francophones en ce qui concerne la réduction du dimanche 03/04. Il y avait en effet 4 magasins néerlandophones qui constituaient une exception, à savoir les Brico de Zemst, de Vilvoorde (Luchthavenlaan), de Korbeek-Lo et de Zaventem. Ces magasins étaient exceptionnellement ouverts le dimanche 03/04 et accordaient donc la réduction le dimanche au lieu du samedi, bien qu’ils fassent partie des magasins néerlandophones. Cette exception a été publiée dans un dépliant.

La même communication a aussi été publiée en ligne sur www.brico.be. La raison de la mention “certains magasins” est que ceux qui habitent à la frontière linguistique peuvent voir le message en néerlandais mais peuvent ensuite aller dans un magasin de l’autre côté de la frontière linguistique.

Le magasin à Sint-Pieters-Leeuw aurait dû accorder la réduction le samedi, il s’agirait d’un malentendu.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio qui annonce une action avec une réduction. Il a également pris connaissance du fait que la réduction en question était valable en ligne et dans certains magasins et ceci le samedi 2 avril dans la partie néerlandophone du pays et le dimanche 3 avril dans la partie francophone du pays.

Suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a également noté que 4 magasins néerlandophones constituaient une exception à cela car ils étaient exceptionnellement ouverts le dimanche et accordaient donc la réduction le dimanche bien qu’ils appartiennent aux magasins néerlandophones, et que cette exception était publiée dans un dépliant.

Le Jury a noté que le magasin dans lequel le plaignant s’est rendu le samedi 2 avril aurait dû donner la réduction. Selon l’annonceur, il s’agissait ici d’un malentendu.

Ensuite, le Jury a constaté que le spot radio annonce l’action en question sans référence aux conditions ou limitations de l’action.

Le Jury est d’avis que le consommateur n’est ainsi pas suffisamment informé et que le spot radio est de nature à l’induire en erreur en ce qui concerne la portée de l’action.

Le Jury a également constaté que le site web de l’annonceur annonce la même action à l’aide du texte « Actie nu zaterdag 02/04/2016 -15%* op alles en -20%* op alles met de kaart Brico » avec un astérisque qui renvoie entre autres à ce qui suit : « *actie geldig op brico.be en in sommige winkels ».

À défaut d’information claire sur le site web concernant quels magasins accordent la réduction à quelle date, le Jury est d’avis que la façon dont l’action est annoncée sur le site web peut également tromper le consommateur moyen en ce qui concerne la portée de l’action.

Le Jury a donc estimé que le spot radio et le site web sont trompeurs au sens des articles VI. 97 et 99 du Code de droit économique et des articles 3 et 5 du code de la Chambre de Commerce Internationale (Code ICC).

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury a donc demandé à l’annonceur de modifier les publicités pour le futur, et à défaut de ne plus les diffuser.

Suite

L’annonceur a communiqué qu’il va tenir compte de la décision.