BRANTANO - 25/06/2003

Annonceur: 
BRANTANO
Produit/Service: 
Chaussures hommes
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Textiles et habillement
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 25 juin 2003
Description de la publicité

Dans un spot radio on entend une voix masculine qui dit : « Il faut être fou pour passer à côté de cette promotion incroyable de Brantano ». Ensuite on entend de la musique religieuse suivi par la voix d'un prêtre qui dit : « Allez dans la paix du Christ. Au nom du Père et du Fils… » (son digital exprimant un mouvement de fuite). « Mais, mais, mais, où allez-vous ? ». Voix masculine : « Chez Brantano bien sûr. Car le vendredi 6 et le samedi 7 juin à l'achat de chaussures hommes à partir de 60 euros, vous recevrez une délicieuse Duvel et un verre joliment emballé. (son des verres au moment de trinquer) ». Voix féminine : « Plein, plein, plein, plein de chaussures et forcément la paire qui va vous plaire. Brantano ». Voix masculine : « Tant de gens, tant de chaussures ».

Motivation de la plainte

Cette publicité est irrespectueuse, heurtante, de mauvais goût, vulgaire. Elle témoigne d'un manque de respect des convictions religieuses d'une partie du public et développe un climat de dérision à l'égard des symboles religieux.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que dans ses messages publicitaires il essaye toujours d'éviter que quelqu'un soit heurté et de faire primer l'aspect humoristique.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que les mots « Allez dans la paix du Christ. Au nom du Père et du Fils …» qui caractérisent la fin d'une messe chrétienne ne sont pas transformés. Le message peut être perçu comme une référence à une situation dans laquelle les personnes présentes sont pressées de sortir de l'église, une situation qui est dans ce cas-ci utilisée d'une façon humoristique et manifestement caricaturale. La publicité n'utilise pas vraiment des symboles qui sont liés au fond de la religion et seraient ainsi attaqués. A défaut d'infractions aux dispositions légales et/ou autodisciplinaires, le Jury a dès lors estimé n'avoir pas de remarques à formuler.