BRANTANO - 01/07/2003

Annonceur: 
BRANTANO
Produit/Service: 
Chaussures hommes
Média: 
Journal gratuit (toutes boîtes)
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Association socio-culturelle
Catégorie: 
Textiles et habillement
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mardi, 1 juillet 2003
Description de la publicité

Une annonce avec comme titre « Une savoureuse Duvel gratuite » montre la scène de la Crucifixion comme dans une bande dessinée où le Christ entouré des 2 larrons et dont on ne voit plus qu'une jambe, s'encourt en disant : « Il faudrait être fou pour passer à côté de cette promotion ! ». La couronne d'épine et les clous tombent de la croix. Sous le dessin se trouve la mention : « à l'achat de chaussures hommes pour un montant minimum de €60 le vendredi 6 juin et samedi 7 juin » et différents modèles de chaussures sont représentés avec chaque fois le nom du modèle, les tailles disponibles et le prix. Texte au bas de l'annonce : « Plein, plein,... plein de chaussures. Et forcément la paire qui va vous plaire. Une savoureuse Duvel Gratuite avec un verre dans un joli boîtier » et à côté la représentation d'un verre, d'une bouteille et d'un emballage de Duvel, ainsi que le logo de Brantano avec la mention « Tant de gens, tant de chaussures », l'adresse du site web et les points de vente.

Motivation de la plainte

Cette publicité est choquante, offensante, irrespectueuse pour les chrétiens et dépasse les limites du bon goût et de l'acceptable en ce qu'elle tourne en dérision la crucifixion du Christ qui est un élément central de la foi chrétienne et donc un sujet qu'il faut aborder avec un minimum de respect. Il est inadmissible d'utiliser l'image forte d'une religion et pareille référence à des fins publicitaires. Cette publicité se veut humoristique, mais attaque les symboles religieux et les fondements de la société où la liberté de religion implique son respect.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que dans ses messages publicitaires il essaye toujours d'éviter que quelqu'un soit heurté et de faire primer l'aspect humoristique. La représentation du personnage du Christ qui s'encourt afin de ne pas rater l'offre attrayante chez Brantano, lui paraissait une idée drôle, sans plus.

Décision du Jury

Le Jury a estimé que la représentation de la Crucifixion de Jésus sous forme d'un cartoon peut être perçue comme de la dérision et peut dès lors porter atteinte aux convictions religieuses (démontré par les différentes plaintes), surtout que la Crucifixion fait partie du fond de la religion chrétienne. Etant donné que pareille forme de communication peut dégrader la confiance que le public porte à la publicité et apparaître comme déplacée et indécente, le Jury a recommandé à l'annonceur de ne plus diffuser cette annonce, sur base de l'art. 1 du code CCI. Il a pris note du fait que l'action durait seulement jusqu'au 7 juin, mais il a demandé à l'annonceur de lui confirmer qu'une telle représentation ne sera plus utilisée dans le futur.

Suite

L'annonceur a confirmé que l'utilisation de l'annonce a été arrêtée et que dans l'avenir elle ne sera plus utilisée.