BINCKBANK - 28/03/2017

Annonceur: 
BINCKBANK
Produit/Service: 
Investir en ligne
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 28 mars 2017
Description de la publicité

VO (avec musique qui va crescendo) :
“Vous vous rappelez la première fois que vous avez embrassé une fille? Complètement flippé que vous étiez! Même si vous vous étiez entrainé sur votre main et votre oreiller des milliers de fois avant. Mais cette fois, c’était pour de vrai, vous avez saisi fermement sa tête des deux mains et collé votre bouche si grande ouverte que vous avez littéralement englouti tout son visage, nez compris. Et puis vous avez tourné, tourné la langue si fort que vous lui avez offert un détartrage en prime. C’est pour ça que ça s’appelle rouler une pelle d’ailleurs. Et votre cœur qui battait la chamade, mais ça avait moins à voir avec l’amour qu’avec l’adrénaline. Eh bien vous avez osé mec, vous avez emballé la Céline du 4ème derrière les auto scooters. Depuis quand vous n’avez plus ressenti ça? Investissez en ligne chez Binck. Parce que chez Binck, c’est vous qui décidez de ce que vous faites de votre argent. Surfez sur binck.be. Binck, parce que c’est votre argent.”.

Motivation de la plainte

Le plaignant trouve le spot de très mauvais goût. Il utilise un vocabulaire explicite et peu ragoutant et passe à des heures où dans beaucoup de familles qui écoutent la radio les enfants sont aussi à l'écoute. Il se demande si de telles expressions doivent être entendues par des petits enfants.

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique “Plus d’info – Règlement du Jury”) qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot radio se réfère de manière humoristique et exagérée à une situation suscitant une poussée d’adrénaline, en l’occurrence un premier baiser, pour faire la promotion des investissements en ligne.

Le Jury est d’avis que les expressions et les termes utilisés dans cette publicité qui évoque un premier baiser dans un contexte caricatural ne sont pas choquants. Selon lui, ils font partie du langage courant et cette publicité n’est pas inconvenante par rapport aux enfants.

Compte tenu du contexte social actuel, le Jury a estimé que le spot radio ne contient pas de déclaration contraire aux normes de décence couramment admises.

Il a également estimé que cette publicité n’est pas de nature à causer un préjudice moral à des enfants ou à des adolescents.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.