BETFIRST - 29/11/2017

Annonceur: 
BETFIRST
Produit/Service: 
Jeux de hasard en ligne
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 29 novembre 2017
Description de la publicité

La VO dit entre autres : « Vous voulez faire fortune ? Mais vous n’avez pas envie de faire 9 ans d’études et bosser tous les jours jusqu’à 23 heures pour lancer votre affaire ? Alors, jouez au nouveau betFIRST Casino sur betfirst.be et gagnez du cash en pariant sur vos jeux de casino préférés. »

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que la publicité fait l’apologie de la fainéantise et de la facilité et renforce une addiction dont beaucoup de nos compatriotes ont du mal à se soustraire.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que le spot en question fait partie d’une série de spots humoristiques mettant en avant son casino et ses paris sportifs. Il a ajouté qu’il faut bien entendu prendre le message de manière humoristique. Il peut cependant comprendre que l’humour de l’un n’est pas celui de l’autre.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question et de la plainte qui y a trait.

Le Jury a tout d’abord rappelé qu’il est autorisé de faire de la publicité pour un site web de jeux de hasard autorisé.

Le Jury a ensuite constaté que dans le spot, on entend entre autres : « Vous voulez faire fortune ? Mais vous n’avez pas envie de faire 9 ans d’études et bosser tous les jours jusqu’à 23 heures pour lancer votre affaire ? Alors, jouez au nouveau betFIRST Casino. ».

Selon le Jury, le ton du spot est suffisamment décalé et la formulation suffisamment exagérée (faire 9 ans d’études et bosser tous les jours jusqu’à 23 heures) pour que l’auditeur moyen ne prenne pas le spot au premier degré.

Le Jury est également d’avis que le spot ne diffuse pas le message que la participation à un jeu de hasard pourrait remplacer de façon réaliste les études ou le travail et n’incite pas à ne pas étudier ou à la fainéantise en général.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que le spot radio ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.