BETFIRST - 29/08/2018

Annonceur: 
BETFIRST
Produit/Service: 
Jeux de hasard en ligne
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Avis de réserve
Date de clôture: 
Mercredi, 29 août 2018
Description de la publicité

Le spot montre un vestiaire de club de sport et un homme qui se douche en sifflotant. Tout à coup, on entend des hommes chanter dans la pièce d’à côté. Le spot montre les hommes en les filmant entre les jambes de l’homme qui se douche et qui a l’air embêté. Un savon glisse et arrive entre ses pieds. Il le regarde et relève la tête.
Voix-off et texte à l’écran : « Tu as le goût du risque ? Parie plutôt sur Betfirst ».

Motivation de la plainte

La plaignante a communiqué que dans la publicité, un homme se lave sous la douche et d'autres hommes font la fête dans la pièce faisant dos à l'homme qui se lave. Celui-ci voit ces hommes, laisse tomber le savon et veut se pencher afin de le ramasser. A ce moment, la voix off demande à quel point "on peut être courageux" (ce ne sont pas les termes exacts) et sous-entend clairement qu'il vaut mieux jouer chez l’annonceur plutôt que de risquer la sodomie. Selon elle, cette publicité est à tendance homophobe voire homophobie qualifiée et l'homophobie est illégale en Belgique.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que le spot en question fait partie d’une série de spots humoristiques mettant en avant son casino et ses paris sportifs. Il faut bien entendu prendre le message de manière humoristique mais il peut comprendre que l’humour de l’un n’est pas celui de l’autre.
Il a également communiqué que cette publicité n’est en rien homophobe et ne contient pas d’éléments sexuels. Il est étonné de cette interprétation totalement hors contexte. Le message que cette publicité veut faire passer est qu’un petit joueur nouveau dans un club peut vaincre des « grands ».
La publicité montre un joueur de sport qui est dans les douches du club de sport. Les autres joueurs rentrent du terrain de sport est font beaucoup de bruit. Ils font la fête, ils sont contents d’une victoire sportive et entrent dans le local. La douche dans le club de sport est souvent un endroit d’échange de blagues sans qu’elles aient nécessairement un caractère sexuel. Il s’agit d’une publicité en 2 phases, le « reveal » de cette publicité montre que le jeune homme nouveau dans le club ne s’est pas laissé faire par les autres « plus grands ». Ils sont par terre parce que le jeune ne les a pas laissé faire des blagues avec lui. Il est donc clair qu’il ne s’agit pas de « sodomie » ou « homophobie ».
L’annonceur estime donc que cette publicité ne constitue pas d’infraction aux dispositions légales ou autodisciplinaires.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que, pour illustrer le slogan « Tu as le goût du risque ? Parie plutôt sur Betfirst », la publicité met en scène un homme qui se douche dans un vestiaire sportif où un groupe d’hommes fait la fête dans la pièce derrière lui et qu’il hésite à se pencher pour ramasser le savon entre ses jambes.

Il a ensuite pris connaissance de la plainte et notamment de l’interprétation du spot TV qui y est donnée comme sous-entendant clairement qu'il vaut mieux jouer chez l’annonceur plutôt que de risquer la sodomie.

Il a également pris connaissance du fait que, selon l’annonceur, la publicité ne contient pas d’éléments sexuels, la douche dans le club de sport étant un endroit d’échange de blagues sans qu’elles aient nécessairement un caractère sexuel, mais fait simplement passer le message qu’un petit joueur nouveau dans un club peut vaincre des « grands ».
Suite à la réponse de l’annonceur, il a également noté qu’il s’agit d’une publicité en 2 phases, le « reveal » de cette publicité montrant que le jeune homme ne s’est pas laissé faire par les autres « plus grands » qui sont à terre.

Nonobstant ce qui précède et indépendamment de l’existence de la deuxième phase de la publicité dont le téléspectateur n’aura pas nécessairement connaissance, le Jury est d’avis que la publicité est de nature à pouvoir évoquer dans le chef du consommateur moyen une image cliché des vestiaires sportifs pour les hommes et de l’homosexualité.

Vu le contexte social actuel en ce qui concerne l’homophobie et compte tenu de ce qui précède, le Jury est d’avis que la publicité concernée est susceptible de provoquer des réactions négatives auprès du public. Il a donc estimé devoir formuler un avis de réserve conformément à l’article 1 de son règlement et en appelle à la responsabilité de l’annonceur.

Un avis de réserve implique que l’annonceur est libre concernant la suite qu’il donne à cet avis.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.