BELGACOM - 17/12/2002

Annonceur: 
BELGACOM
Produit/Service: 
Pay&Go
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Informatique et télécommunication
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 17 décembre 2002
Description de la publicité

Un spot radio fait entendre un dialogue entre un père et son fils : «David… oui Pa. C'est ça que tu appelles envoyer des SMS ? …. Non, mais heu. Mais heu, envoyer 50 SMS ce mois-ci, c'est trop te demander peut-être ?… Ah, non… non. Si tu ne t'y mets pas maintenant, tu peux faire une croix sur tes 50 % de réduction en avril mon ami. (Un soupir). Ne soufle pas et ferme ces cahiers… Mais c'est mes devoirs. Et alors ? ». Voix féminine : « Si vous envoyez 50 SMS en mars, vous recevrez 50 % de réduction en avril sur vos SMS de et vers la Belgique. Plus d'info ? Pay & Go.be ou 0800-15.209. Pay & Go et c'est parti ».

Motivation de la plainte

Cette publicité incite les enfants à envoyer des messages SMS au lieu de se consacrer à leurs études et à dépenser leurs argent de poche sans modération, ce qui va à l'encontre des bonnes mœurs.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que pour annoncer cette promotion et afin de capter l'attention du consommateur, il a fait appel à l'humour. Il a souligné qu'il n'avait nullement l'intention d'inciter les jeunes à ne plus étudier ni à consommer sans modération et que l'usage qui a été fait de l'humour n'était pas contraire aux règles édictées par le Jury en ce domaine, ce spot n'étant ni trompeur, ni dénigrant ou péjoratif et n'incitant pas à une conduite répréhensible notamment au niveau de la responsabilité sociale.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le message communique les bénéfices de la promotion en question (réduction de 50% pour le mois suivant) sur un ton manifestement humoristique et caricatural, en prenant sans ambiguïté le contre-pied de la réalité qui est évoquée et de façon telle qu'elle ne lui paraît pas comporter le risque d'être interprétée au premier degré par le public. En conséquence, il a estimé que, eu égard à son caractère excessif et irréaliste, ce message n'est pas à considérer comme socialement irresponsable ou allant à l'encontre des bonnes moeurs. Par ailleurs, il n'appartient pas au Jury de se prononcer à l'égard d'un produit/service ou de la manière de le consommer. A défaut d'infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, il a dès lors estimé n'avoir pas de remarques à formuler.