BASIC-FIT - 10/09/2019

Annonceur: 
BASIC-FIT
Produit/Service: 
Salles de fitness
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Sport et loisirs
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 10 septembre 2019
Description de la publicité

L’affiche à laquelle la plaignante renvoie montre une femme plutôt mince dans une salle de fitness avec en dessous le logo de l’annonceur et à côté le texte « Trop mince ? C’est à moi de choisir ».

Motivation de la plainte

La plaignante est hollandaise et se demande si une blague en français lui échappe dans cette publicité. Si non, elle trouve que c'est un message risqué dans un endroit fréquenté par de nombreuses jeunes filles qui ont des doutes sur leur corps, ce qui cause souvent des troubles de l'alimentation. Elle se demande qui, en tant que jeune fille, n'a pas entendu ce message bien intentionné d'un membre inquiet de la famille « Manges-tu suffisamment, tu sembles avoir maigri ». Il ne lui semble pas souhaitable que l'annonceur s'en moque.

Position de l'annonceur

L’annonceur regrette que la plaignante ait l’impression qu’il se moque de la femme qu’on voit sur la publicité. Ce n’est absolument pas son intention et cela aurait été immédiatement clair pour elle si elle avait lu le message publicitaire en néerlandais : « Hoezo, te dun ? Dat bepaal ik zelf wel ». Il a également précisé que juste à côté de cette affiche se trouvait une affiche similaire avec le message « Hoezo, te dik ? Dat bepaal ik zelf wel ».

Il a également communiqué qu’avec sa nouvelle campagne ‘C’est à moi de choisir !’ il se base justement sur certains préjugés dans le sport et la santé et qu’en les réfutant, il veut rendre le fitness accessible pour tout le monde. Sur la base des réactions qu’il a déjà reçues sur sa campagne, il est d’avis qu’il est clair pour le consommateur moyen que son but est d’évacuer les préjugés et de confirmer aux gens que chacun peut choisir lui-même ce que signifie « être en forme ». Il veut inspirer et inciter tout le monde à choisir lui-même ce qui le rend heureux. Il ne juge pas (et ne condamne pas) mais il fournit tous les outils possibles pour que chacun puisse de sa propre manière/à son propre rythme réaliser ce que « être en forme » signifie pour lui/elle.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de l’affiche en question et de la plainte qui la concerne.

Compte tenu du texte utilisé (« C’est à moi de choisir » (en néerlandais : « Dat bepaal ik zelf wel »)), le Jury est tout d’abord d’avis que la publicité n’est pas de nature à inciter à suivre un régime ou à l’imposer et ne met pas non plus en avant une certaine image idéale à atteindre. Au contraire, comme l’annonceur le mentionne dans sa réponse et compte tenu du deuxième panneau de l’affiche avec une femme plutôt corpulente et le message « Hoezo, te dik ? Dat bepaal ik zelf wel », cette campagne tend plutôt selon lui à réfuter certains préjugés sur ce que « être en forme » signifie.

Il est également d’avis que l’image utilisée sur le panneau de l’affiche en question ne montre pas une maigreur extrême et que l’affiche n’est pas inconvenante pour les consommateurs en général ou pour des jeunes et des personnes qui souffrent d’un trouble alimentaire en particulier.

Le Jury a dès lors estimé que la publicité en question ne contient pas d’éléments textuels ou visuels qui peuvent causer aux jeunes des dommages sur le plan mental, moral ou physique.

Il a également estimé que la publicité ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur sur ces points.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a déclaré la plainte non fondée.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.