BASIC-FIT - 10/09/2014

Annonceur: 
BASIC-FIT
Produit/Service: 
Salles de fitness
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Sport et loisirs
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 10 septembre 2014
Description de la publicité

Le spot commence avec le Diable Rouge Marouane Fellaini qui dit ce qui suit: « Maintenant que les Belges reviennent de vacances, il est temps de se remettre en forme. Alors, pas de kilos en trop à déclarer ? Ou Basic-Fit ? »
On montre des personnes qui reviennent de vacances et qui s’approchent en deux files – une file « Basic-Fit » et une file « Rien à déclarer – Not gained any weight » - à la douane. Une douanière s’adresse à certaines personnes par rapport au fait qu’ils ont ou non pris du poids pendant les vacances et les renvoie le cas échéant à la file « Basic-Fit » pour perdre les kilos pris en vacances. Ensuite, on montre une salle de fitness dans laquelle des personnes font du sport.

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, cette publicité est grossière à l’égard des personnes avec une taille supérieure à 36. Ils disent littéralement que les gens qui n’ont pas la taille 36 sont gros ! Le plaignant trouve cette publicité très insultante et dénigrante ; on parle déjà assez des personnes embêtées parce qu’elles ont une taille de plus.



Selon le plaignant, la publicité légitime la discrimination en fonction de l'apparence en utilisant l'image d'un douanier (représentant de l'autorité) et d'un sportif reconnu (et admiré par beaucoup) qui détermine si, oui ou non, les gens ont une silhouette adéquate. L'obésité est une maladie et la chaîne de salles de sport Basic-Fit n'a pas à la diagnostiquer, ni à la soigner.


Position de l'annonceur

Bien que l’annonceur puisse comprendre le motif des plaintes, il n’est pas d’accord avec le raisonnement des personnes qui ont introduit les plaintes.
Son spot TV ne vise pas les gens en surpoids mais concerne le phénomène selon lequel les gens prennent souvent un peu de poids pendant leurs vacances. Ils bougent souvent moins que d’habitude et mangent plus et aussi moins sainement. Ce n’est pas un problème parce que tout le monde a parfois besoin d’un peu de détente et de moins « faire attention à tout ». Mais après les vacances, ces kilos supplémentaires peuvent être perdus de nouveau et pour ça, on peut aller chez Basic-Fit.

Il étaye ce raisonnement avec les éléments suivants:
• Il y a deux files dans l’aéroport, une pour ceux qui n’ont pas pris de poids en vacances est une pour ceux qui ont pris du poids. Dans les deux files, il y a des gens de toutes sortes et de tous poids.
• La douanière dans le spot cadre dans le contexte habituel de l’aéroport. Elle s’adresse d’une manière spontanée et gentille aux gens dans la file.
• Le Centre pour l’Egalité des Chances et la lutte contre le Racisme a également confirmé que le spot ne discrimine pas les gens en surpoids.
• Le spot utilise un phénomène connu: le journal télévisé de RTL-TVI a encore récemment porté attention au petit excès de poids avec lequel les vacanciers reviennent à la maison.
• Dans le centre de fitness, on voit aussi des gens de toutes sortes et de tous poids. Les gens ‘maigres’ viennent aussi chez Basic-Fit pour perdre les kilos des vacances.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot TV qui montre des personnes qui rentrent de vacances et une douanière qui s’adresse à certaines personnes par rapport au fait qu’ils ont ou non pris du poids pendant les vacances et les renvoie le cas échéant à la file « Basic-Fit » pour perdre dans le centre de fitness les kilos pris en vacances.

Il a constaté que tant dans les deux files que dans le centre de fitness montré ensuite, des personnes de poids et d’âge différents sont montrées et qu’il n’est pas fait référence à une certaine taille ou au phénomène d’obésité.

Le Jury est d’avis que le spot concerne clairement les personnes qui ont pris un peu de poids pendant leurs vacances.

Le Jury est également d’avis que le spot ne montre pas ces personnes, ni les personnes en surpoids de manière négative et ne les stigmatise pas non plus.

Le Jury a donc estimé que ce spot n’est pas de nature à dénigrer un certain groupe de personnes et n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne.

Le Jury a également estimé que le spot TV ne fait pas preuve de discrimination et ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale de la part de l’annonceur.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.