AUTORITE FLAMANDE - DEPARTEMENT ENVIRONNEMENT - 15/01/2019

Annonceur: 
AUTORITE FLAMANDE - DEPARTEMENT ENVIRONNEMENT
Produit/Service: 
Campagne sur le bien-être animal “Adopteer een dier”
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 15 janvier 2019
Description de la publicité

L’affiche avec le texte “De perfecte klik – Via adopteereendier.be vind je een huisdier dat perfect bij jou past” montre un homme dans un fauteuil avec deux lapins à côté de lui et avec la main dans son pantalon à hauteur de sa ceinture.
Au-dessus, le logo de l’annonceur et “Vlaanderen is diervriendelijk”.

Motivation de la plainte

La plaignante a vu la publicité sur le bien-être animal sur un bus et ne savait pas de qui elle provenait. Elle trouve cette image d’un homme avec la main dans son pantalon et avec deux lapins à côté de lui obscène et exhibitionniste.

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique « Plus d’info – Règlement du Jury ») qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que la campagne sur le bien-être animal « Adopteer een dier » de l’Autorité Flamande, avec la baseline « De perfecte klik », utilise différentes images de personnes avec un animal domestique qui, comme cela est mentionné sur les affiches « perfect bij hen past » (leur correspond parfaitement). Sur l’image incriminée, on voit un homme dans un fauteuil avec deux lapins à côté de lui et avec la main dans son pantalon à hauteur de sa ceinture.

Le Jury est d’avis que le concept et l’auteur de la campagne ressortent clairement du message de la campagne.

Dans ce contexte, le Jury est d’avis que l’attitude de l’homme en question n’est pas choquante ou déplacée.

Compte tenu du contexte social actuel, le Jury a estimé que l’image n’est pas contraire aux normes de décence couramment admises.

Il a également estimé que l’affiche en question n’est pas de nature à porter atteinte à la dignité humaine.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.