APOOB - 25/10/2006

Annonceur: 
APOOB
Produit/Service: 
Week van het zien
Média: 
Magazine
Internet
Critères d'examen: 
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mercredi, 25 octobre 2006
Description de la publicité

Une annonce montre une représentation d'une main tenant un oeil.
Texte : Wist u dat…
“- 90 % van de informatie die onze hersenen bereikt, via de ogen wordt doorgegeven ?
- een eenvoudige ogentest slechts 5 minuten tijd in beslag neemt ?
- een groot deel van de schoolgaande jeugd nog nooit een ogentest heeft laten afnemen, terwijl vele jongeren behoefte hebben aan een visuele correctie ?
- dat leerproblemen bij schoolgaande jeugd vaak veroorzaakt worden door slecht zien ?
- dat een groot aantal verkeersongevallen veroorzaakt is door slecht zien ?
- dat slecht zien de prestaties op het werk negatief kan beïnvloeden ?
Voor de 2de maal wordt van 9 tot en met 14 oktober de “Week van het Zien” georganiseerd. Uw opticien-optometrist biedt U dan graag een ogentest aan. www.weekvanhetzien.be”.

En-dessous se trouvent les logo's de l'annonceur et des sponsors.

Motivation de la plainte

Les affirmations contenues dans l'annonce porte préjudice au fonctionnement du « Centra voor Leerlingenbegeleiding » (CLB).

L'annonce affirme qu'une grande partie des enfants n'a jamais subi de test visuel. Il y est en outre précisé que les problèmes d'apprentissage chez les enfants en âge de scolarité sont dus à une mauvaise vision. Nous soulignons à cet égard qu'un examen visuel en règle est réalisé régulièrement par le CLB. Nous déplorons également le lien causal fait dans cette annonce entre les problèmes d'apprentissage et la mauvaise vision. Si un « analphabète » ne sait pas lire et ne voit pas bien, il n'a pas seulement besoin de lunettes pour mieux voir, mais également d'un suivi éducatif pour (apprendre à) lire.

Position de l'annonceur

L'annonceur a expliqué que cette action est une initiative non commerciale et nationale tendant à promouvoir l'importance d'une bonne vue, avec comme cible principale les enfants en âge de scolarité. Il a exposé l'origine de la Semaine de la Vue. : initiative du World Council of Optometry en partenariat avec l'Organisation Mondiale de la Santé afin de mettre un frein à la courbe croissante de la cécité au moyen d'actions tendant à faire diminuer de façon significative les handicaps visuels. Il a fait valoir qu'il n'avait nullement l'intention d'ignorer ou de dénigrer des activités telles que celles du CLB dans la mesure où il tend, au contraire à développer une bonne collaboration entre tous les métiers concernés par la vue. Il salue donc toute initiative qui peut contribuer à diminuer les disfonctionnements visuels. Il a précisé que plusieurs études démontrent un lien entre les problèmes d'apprentissage et la mauvaise vue. Il a expliqué qu'en effet, tous les problèmes d'apprentissages ne sont pas dus à une mauvaise vue, mais que d'autre part ce lien important et fréquent ne peut être ignoré. Il a souligné que les tests visuels ne remplacent pas les examens médicaux, mais que les pathologies de la vue relèvent de la compétence exclusive des oculistes. Enfin, il a précisé qu'il tiendra compte à l'avenir des remarques formulées afin d'apporter les nuances nécessaires.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que cette annonce renvoie à trois reprises au test visuel : « wist u dat een eenvoudige ogentest slechts 5 minuten tijd in beslag neemt ? – wist u dat en groot deel van de schoolgaande jeugd nog nooit een ogentest heeft laten afnemen (…) – Uw opticien-optometrist biedt U dan graag een ogentest aan”.

Le Jury a par ailleurs noté que l'annonceur ne conteste pas que le CLB organise régulièrement un examen visuel conforme aux usages. Le Jury a également noté que l'annonceur souligne que son association professionnelle tend à développer depuis des années une bonne collaboration entre les métiers concernés par la vue et qu'il salue les initiatives qui peuvent contribuer à diminuer les disfonctionnements visuels. En ce qui concerne les tests visuels, le Jury constate que l'annonceur se limite à affirmer que les tests visuels réalisés à l'école ne remplacent pas les examens médicaux.
Eu égard à ce qui précède et sur la base des art. 5 et 7 du code de la Chambre de Commerce Internationale, le Jury a estimé que l'utilisation du terme « test visuel » dans l'annonce est équivoque et dénigrant à l'égard du CLB. Le consommateur (parents-enseignants) est clairement induit en erreur dans la mesure où le terme « test visuel » n'est pas clairement explicité et ce alors qu'il est affirmé que la plupart des enfants en âge de scolarité n'a encore jamais effectué de test visuel.

Le Jury a recommandé à l'annonceur de modifier l'annonce en question afin de la rendre conforme aux articles 5 et 7 du code CCI.

L'annonceur a confirmé qu'il respectera la recommandation pour le futur.