AP - 07/10/2014

Annonceur: 
AP
Produit/Service: 
Assurance auto
Média: 
Affichage
Internet
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 7 octobre 2014
Description de la publicité

L’affiche montre un taureau au milieu de la route avec le texte « Pas de bol… Ça arrive aussi aux meilleurs conducteurs », en néerlandais: « Shit happens... Ook bij goede chauffeurs ».

Motivation de la plainte

Selon le plaignant anglophone, il s’agit d’une campagne discriminatoire et choquante, diffusée entre autres aux arrêts de bus où se trouvent également de jeunes enfants. Il trouve l’utilisation du mot “shit” choquante pour les anglophones et également une utilisation simpliste de l’anglais. Ce n’est en tous cas pas le premier mot qu’il voudrait que sa fille apprenne à lire.
 

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que l’expression “Shit happens” est couramment utilisée en néerlandais. Il renvoie pour cela à Wikipedia: “Shit happens is een Amerikaans-Engelse uitdrukking die in meerdere taalgebieden is overgenomen. Met deze uitdrukking wil men meestal aangeven dat het leven vol is van onvolkomenheden. De term is een erkenning van het feit dat de mens soms zonder reden slechte dingen overkomt. Een oudere , Franse uitdrukking waarmee men ongeveer hetzelfde kan uitdrukken, is ‘C'est la vie’ (Nederlands: ‘Zo is het leven’).”

Il a également communiqué que sa campagne de publicité veut renvoyer de manière humoristique à une situation négative fictive qui, au lieu d’être dramatique, fait sourire. Le slogan « Shit happens » y correspond bien. Il n’a jamais eu l’intention d’insulter quelqu’un.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que l’affiche qui montre un taureau au milieu de la route contient entre autres le texte suivant dans la version en néerlandais: « Shit happens... Ook bij goede chauffeurs ».

Le Jury comprend la réaction du plaignant en tant qu’anglophone mais le Jury doit examiner une publicité à partir de la perception du consommateur moyen et en prenant en considération les facteurs sociaux, culturels et linguistiques du pays où la publicité est diffusée.

Le Jury est d’avis que l’expression « Shit happens » est répandue et est ici utilisée de manière humoristique pour illustrer une situation problématique, totalement irréaliste en l’occurrence. Le Jury a également constaté que la publicité ne vise pas et ne met pas en scène des enfants.

Le Jury a estimé que l’expression en question n’est pas contraire aux convenances selon les normes couramment admises et n’incite pas à jurer.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.