VRT – 14/10/2009

Description de la publicité

Les 6 spots radio mettent en scène des enfants qui cherchent des trucs pour que leurs parents rentrent plus vite à la maison.

Spot 1: Amika

Enfant: “Hé mama, ik heb juist met uwen baas gebeld hè en ‘t is in orde hoor. Ge moogt al om 3 u stoppen, dan kunt ge mij op tijd komen halen. Ge moet dan gewoon morgen een beetje vroeger beginnen. Om een uur of 6 ofzo.”
Voix masculine: “Van maandag tot donderdag om kwart over 6, Amika op Ketnet.”
Enfant: “Op tijd thuis hè”.

Spot 2: Buzz Lightyear

Enfant: Dag mama, ik heb van de morgen de kraan in de badkamer laten openstaan. ‘T is misschien beter dat je mij vandaag wat vroeger komt halen, zodat we vlug naar huis kunnen. Daag”.
Voix masculine: “Elke weekdag om kwart over 5, Buzz Lightyear op Ketnet”.
Enfant: “Op tijd thuis hè”.

Spot 3: Karrewiet

Enfant: Zeg mama, ’s morgens ontbijt gij zo in de auto en ge doet uwe schmink daar aan hè. Kunt ge da ’s avonds ook niet zo doen. Bijvoorbeeld patatjes schillen in de auto. Dan hebben we ’s avonds meer tijd om leuke dingen te doen, hè.”
Voix masculine: Elke weekdag om vijf over 6, Karrewiet op Ketnet”.
Enfant: “Op tijd thuis hè”.

Spot 4: Kaatje van Ketnet

Enfant: Zeg papa, zouden wij zo is geen PGS kopen, dan zijn we rapper thuis.
Voix masculine: Elke dag Kaatje van Ketnet, op Ketnet en op Ketnet Plus”
Enfant: “Op tijd thuis hè”.

Spot 5: Samson

Enfant: Dag mama, zeg ik zit hier in een autoshowroom en ik heb een hele coole auto gevonden voor papa. Hiermee gaan we veel sneller thuis zijn. Die meneer vraagt wel dat we die cash kunnen betalen. Is dat goed? Daag.”
Voix masculine: Elke dag om vijf voor half 5, Samson en Gert op Ketnet
Enfant: “Op tijd thuis hè”.

Spot 6: Pretroulette

Enfant: Hé papa, ik heb uw auto een beetje getuned, dus ni schrikken hè. Als je nu uw lichten aanzet, gaat er een zwaailicht draaien op uw dak. 'T is efkens wennen maar we gaan wel een stuk sneller thuis zijn. Succes hè.
Voix masculine: Elke weekdag om half 7 Pretroulette op Ketnet
Enfant: “Op tijd thuis hè”.

Motivation de la plainte

Tout d’abord, le plaignant trouve que ce n’est pas le rôle des enfants de se mêler des horaires de travail de leurs parents.
Le plaignant trouve beaucoup plus important l’appel que cette publicité fait au sentiment de culpabilité des femmes qui veulent travailler (et souvent, doivent travailler), parce qu’elles ne peuvent pas être là pour leurs enfants. Le programme annoncé commence d’ailleurs à 18h05.
Par là même, les femmes sont une fois de plus “obligées” de rester à la maison si elles veulent être une bonne mère et elles sont de plus discriminées parce qu’il n’y a aucun spot dans lequel l’enfant appelle papa.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que les spots radio de Ketnet dont il est question laissent entendre des enfants qui convainquent leurs parents de toutes sortes de manières amusantes et inventives d’être à la maison à temps afin que les enfants puissent regarder Ketnet.

L’annonceur a également communiqué qu’ils ont, comme dans d’autres campagnes, veillé au maintien d’un bon équilibre entre les schémas de comportement dicté par le rôle social homme/femme. Sur les 6 spots, il y en a en effet 3 « liés à maman » qui ont été cités, mais en outre il y en a également 3 « liés à papa » que l’auditeur n’a apparemment par hasard pas entendus.

En tant que chaîne pour les enfants de la télévision publique, l’annonceur attache de l’importance au fait que les enfants parlent toujours de leur inquiétude à leurs parents, et ce n’est donc pas du tout le but de procurer un sentiment de culpabilité aux parents.

L’annonceur trouve dès lors dommage que cette association négative soit faite par cette personne et il peut uniquement supposer que ceci est dû au fait qu’il a entendu les 3 spots dans lesquels l’enfant en question s’adresse chaque fois à sa maman. L’annonceur espère que l’auditeur reverra son jugement en entendant les 3 autres spots qui créent une campagne équilibrée.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que les spots mettent en scène des enfants qui trouvent des manières amusantes pour que leurs parents rentrent plus vite à la maison afin qu’ils puissent regarder Ketnet.

Le Jury a également constaté qu’il y a trois spots « liés à maman » et trois spots «liés au papa », afin de créer un équilibre dans cette campagne entre femmes et hommes.

Le Jury est donc d’avis que la campagne ne peut pas être perçue comme discriminante.

Le Jury est également d’avis que les spots, par leur ton humoristique, ne sont pas de nature à causer un sentiment de culpabilité chez les parents ni à être perçus par le public comme perpétuant des stéréotypes.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.

Annonceur:VRT
Produit/Service:Ketnet
Média:Radio
Critères d'examen:Responsabilité sociale
Initiative:Consommateur
Date de clôture: 14/10/2009