SOHO CLUB – 11/05/2010

Description de la publicité

Les invitations (messages envoyés via Facebook)mentionnent entre autres ce qui suit :
- recevez un shot gratuit
-3 boissons offertes à ces dames avant minuit.

Motivation de la plainte

La publicité mise en ligne via Facebook a pour but d’offrir gratuitement des alcools tels Vodka et Whiskey aux jeunes filles et viole donc l’article 3.1 de la Convention en matière de conduite et de publicité des boissons contenant de l’alcool.

Une attention particulière doit y être réservée puisqu’il y a trois ans, les Ministres de la Santé ont produit une déclaration commune mettant en exergue la sensibilité du public jeune à l’alcool, une consommation à l’adolescence augmentant les chances de dépendance à l’âge adulte.

Le fait que la gratuité incitant à la consommation s’adresse, de manière discriminatoire et volontaire, aux jeunes femmes rend l’infraction encore moins tolérable.
 

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que la publicité ‘vous recevez un shot gratuit’ implique qu’un verre de 2,5cl est offert composé de 50% d’alcool et de 50% de jus d’orange.

Concernant les trois boissons offertes, les dames peuvent choisir, à leur convenance, entre boissons alcoolisées et non alcoolisées.

Enfin, la publicité est faite sur le site face book « la Frenck Kiss » qui n’a pas un contenu public.

Décision du Jury

Comme annoncé, le Jury a examiné ce dossier en tenant compte des arguments de l’annonceur et du plaignant.

Tout d’abord, le Jury a confirmé sa compétence pour examiner les publicités diffusées via Facebook et ce en vertu de la Convention en matière de conduite et de publicité des boissons contentant de l’alcool (ci-dessous, la Convention).

Le Jury a constaté que les invitations mentionnent entre autres ce qui suit :
- recevez un shot gratuit
-3 boissons offertes à ces dames avant minuit.

1) Le Jury a constaté que ces publicités peuvent atteindre un public âgé de moins de 18 ans. En conséquence, ces publicités sont contraires aux articles 2.1 et 4.1 de la Convention stipulant que la publicité ne peut pas cibler les mineurs d’âge, ni par son contenu, ni par son mode de communication. Le Jury a estimé qu’un message doit être ajouté aux publicités, qui précise que la publicté en question ne s’adresse pas aux mineurs.

2) Le Jury a constaté qu’il n’y a pas de limite apparente dans les publicités par rapport à l’âge des personnes pouvant profiter de l’offre de boissons gratuites. Or, des boissons alcoolisées ne peuvent pas être offertes gratuitement aux mineurs d’âges. En conséquence, ces publicités sont contraires à l’article 5.1 de la Convention.

3) De plus, le Jury se pose également la question de savoir quelles sont les mesures prises pour éviter les abus d’alcool afin de se conformer à l’article 3.1. de la Convention.

4) Le Jury a constaté l’absence du slogan éducatif. En conséquence, ces publicités sont contraires à l’article 11 et à l’Annexe B de la Convention.

5) Le Jury a également estimé que ces publicités ne témoignent pas d’un juste sens de la responsabilité sociale et professionnelle, ce qui est contraire à l’art. 1, al 2 du code de la Chambre de Commerce Internationale (code ICC).

6) En ce qui concerne le caractère discriminatoire dont la plainte fait état, le Jury se réfère à la position de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes auquel il avait demandé un avis en la matière. La loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes et les hommes prévoit l’interdiction de toute discrimination sur la base du sexe dans : (…)
- l'accès aux biens et services et la fourniture de biens et services à la disposition du public; (…)
(art. 6 § 1, 1° de la loi).
La loi prévoit plus précisément que « toute distinction directe fondée sur le sexe constitue une discrimination directe, sauf dans les hypothèses visées aux articles 9, 10, 16, 17 et 18. » (article 8). Aucune de ces exceptions ne s’appliquant dans le cas de figure, l’offre de biens et services est donc discriminatoire sur la base du sexe et en infraction avec la loi du 10 mai 2007.

Eu égard à ce qui précède, le Jury a demandé à l’annonceur de modifier ces publicités en les rendant conformes aux dispositions susmentionnées et entre-temps de ne plus les diffuser.

Suite

L’annonceur n’a pas interjeté appel. A défaut de réponse positive concernant le respect de la décision, le Jury s’est adressé aux fédérations concernées. Le dossier a été clôturé.

Annonceur:SOHO CLUB
Produit/Service:Soirées French Kiss
Média:Internet
Critères d'examen:Responsabilité sociale, Autres
Catégorie:Boissons
Date de clôture: 11/05/2010