SHOP AUTOMATIQUE – 27/07/2009

Description de la publicité

Self service ouvert 24/24 qui met à disposition des distributeurs automatiques où se trouvent diverses marchandises dont également des boissons alcoolisées.

Motivation de la plainte

Un self-service ouvert 24 heures sur 24 propose dans des distributeurs des marchandises pour l’hygiène, l’alimentation mais surtout des boissons. C’est là que le bât blesse, deux distributeurs contiennent des boissons alcoolisées : des bières et des boissons à base de vodka. Tout enfant qui sait ouvrir une porte peut entrer, introduire une pièce de monnaie et se servir, sans autre « surveillance » qu’une caméra !

Est-il normal que de l’alcool se trouve à la portée de tous dans un lieu presque discret et que l’on ne puisse rien faire.

Position de l'annonceur

L’exploitant a fait valoir qu’il est considéré comme un magasin supermarché et non comme des distributeurs sauvages (en pleine rue sur la voie publique). Son Shop Automatique est constitué de plus de 20 distributeurs automatiques à l’intérieur d’un bâtiment proposant divers produits de vente (produits de première nécessité tels que du riz, des boîtes à conserve, du papier toilette, du dentifrice, une photocopieuse et plein d’autres produits…) et non principalement des boissons. Il y a aussi un distributeur de bières ainsi qu’un distributeur de boissons (alcopop) avec moins de 5,5% d’alcool, le prix de ces boissons est beaucoup plus élevé que dans d’autres magasins et aucune publicité n’est faite afin de ne pas attirer un maximum de clients. (Ces boissons sont dans des distributeurs séparés des boissons soft par rapport à d’autres qui les mélangent).

Il a précisé qu’il opère une surveillance maximale afin que des mineurs d’âges n’achètent pas ces produits. Il a pu vérifier via ses diverses caméras que les mineurs utilisent les distributeurs à boissons soft, les snacks mais pas de boissons alcoolisées. Il a rappelé que la vente de ces produits dans les distributeurs est autorisée sous surveillance et qu’il n’est pas le seul dans le pays. Il paye les patentes nécessaires. Quand la législation sera modifiée pour tout le monde, il pourra mettre un système d’âge access qui permettra au distributeur d’identifier l’âge avant de fournir la boisson, il n’est pas encore installé pour la simple raison que d’autres personnes vendent ces produits dans des distributeurs sans système d’âge access.
Avec la surveillance physique et par caméra, le prix élevé et des alcools de moins de 5,5%, il ne voit pas ce qui est tentant dans son établissement

Décision du Jury

Le Jury a noté qu’il s’agit d’un shop automatique constitué de plus de 20 distributeurs automatiques à l’intérieur d’un bâtiment proposant divers produits tels que des produits de première nécessité, mais également des boissons contenant de l’alcool avec moins de 5,5% d’alcool (bières, alcopop). Le Jury a également noté que le prix de ces boissons est beaucoup plus élevé que dans d’autres magasins et que l’exploitant veille un maximum à ce que des mineurs d’âge n’achètent pas ces produits. L’exploitant a informé le Jury qu’il n’y a pas de système d’âge access.

Le Jury a également noté que des écoles primaires et secondaires se trouvent à proximité de ce point de vente où se trouvent les distributeurs automatiques et qu’en face il y a un endroit où des élèves se rassemblent pour attendre leur bus.

Etant donné que :
- les distributeurs automatiques se trouvent dans un shop automatique à proximité d’écoles primaires/secondaires et d’endroits où les mineurs se réunissent,
- il n’y a pas de moyens suffisants qui ‘empêchent’ les mineurs d’acheter des boissons contenant de l’alcool ; le Jury ne considérant pas les caméras comme un moyen suffisant. Il n’est en effet pas possible de vérifier l’âge exact d’une personne au moyen d’une caméra,

le Jury a estimé que cette pratique est contraire aux art. 5.1 et 5.3 de la Convention en matière de conduite et de publicité des boissons contenant de l’alcool.

En conséquence, le Jury a demandé à l’exploitant de prendre les mesures nécessaires pour y remédier (soit en retirant les boissons contenant de l’alcool des distributeurs, soit en prévoyant un système qui empêche réellement les mineurs d’acheter des boissons contenant de l’alcool).

L’exploitant a demandé un délai afin de pouvoir transférer le dossier au Syndicat des Indépendants. Il refuse de donner suite à la décision du Jury tant que tous les exploitants ne seront pas obligés de prendre les mêmes mesures.

A défaut de réponse positive concernant le respect de la décision du Jury, les fédérations concernées en ont été informées, conformément à l’article 11 du règlement du Jury et à l’article 13.2.b de la Convention.

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.

Annonceur:SHOP AUTOMATIQUE
Produit/Service:Distributeur de boissons alcoolisées
Critères d'examen:Autres
Initiative:Consommateur
Catégorie:Boissons
Date de clôture: 27/07/2009