BPOST – 20/06/2012

Description de la publicité

La publicité montre un garçon qui regarde un cadre avec la photo de son grand-père, qui lui écrit une lettre (l’enveloppe est décorée de nuages blancs sur fond bleu) et court la mettre à la boîte aux lettres. Au tri postal, on voit le signal ‘reject’ et l’air intrigué d’un employé qui prend l’enveloppe adressée « pour papy au ciel », réfléchit et l’envoie au ciel via un ballon.
Voix-off de l’enfant: « Salut papy, on a gagné au foot aujourd’hui et c’est moi qui ai marqué le plus beau but. Je ne sais pas si tu vois quelque chose de là-haut. Alors je t’écris ce petit mot. Tu me manques beaucoup. Bisous. Louis. Bisous ».
Texte à l’écran : « bpost s’en charge » + logo.

Motivation de la plainte

Le plaignant trouve cette publicité totalement immonde dans le sens où elle utilise les sentiments liés à la mort d'un proche (en l'occurrence un petit garçon qui parle à son papy). Mais cela touche tout le monde selon le plaignant et envoie, via le petit écran, une espérance que l'on sait fausse et que l'on voudrait justement oublier! De plus, B-post s'approprie le monopole de la compassion alors que franchement, cela ne représente pas le service qu'il doit, ou devrait, assurer... C'est donc une publicité abusive sur le plan des émotions de même que sur le plan de la froide réalité d'une société (la société en général et la Société bpost) purement basée sur le profit et pas du tout sur l'humanisme....
Enfin, imaginez la souffrance de toutes les personnes endeuillées, à la vue de ce message, totalement faux. Non! Il y a des limites à la décence! Et le commerce ne permet pas tout!
 

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il regrette que le (la) plaignant(e) se sente dupé(e) par le caractère émotionnel du spot TV, et qu’il n’a certainement pas voulu donner l’impression de manquer de respect envers les personnes endeuillées.

Cependant, il estime que cette plainte est irrecevable. La plainte lui semble en effet relever d’avantage du jugement de valeur que du non-respect de la législation ou du non-respect du code sur les pratiques de la publicité et de communication.
Sa lecture du scenario du spot TV est différente de celle du (de la) plaignant(e).
Un petit garçon pense à son Papy qui n’est plus et a envie de lui raconter sa journée car il est fier d’avoir marqué un but au football. Alors il lui écrit une lettre en l’adressant à « Papy au ciel » et la met dans une boîte aux lettres bpost. Ce courrier arrive au centre de tri et devrait selon les standards être écarté car l’adresse du destinataire n’est bien évidemment pas identifiable. Néanmoins, un des facteurs est touché par cette lettre qui vient visiblement d’un enfant et n’a pas le courage de la détruire ou de l’écarter du circuit de distribution. Alors, symboliquement, il attache la lettre à un ballon et l’envoie au ciel. Comme les autres 30.000 collaborateurs, c’est un homme dévoué, qui a du cœur et qui a envie d’en faire un peu plus pour ses clients que ce que prévoit sa description de fonction.

Depuis la diffusion de ce spot, l’annonceur a reçu de nombreuses réactions positives via les médias sociaux, qui lui semblent plus représentatifs de l’avis général de la population.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot montre un garçon qui adresse une lettre « pour papy au ciel » et un employé bpost qui l’envoie au ciel via un ballon.

Le Jury est d’avis que le sujet est traité avec pudeur, de manière émouvante et non choquante.

Le Jury est également d’avis qu’il s’agit d’une réalité de la vie, où le deuil est teinté d’espoir et où la part de rêve de l’enfant est respectée.

Le Jury a estimé qu’il est justifié de faire appel à l’émotion et qu’il y a un lien direct entre le contenu de la publicité et le produit.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.

Annonceur:BPOST
Produit/Service:BPost
Média:TV
Critères d'examen:Responsabilité sociale
Initiative:Consommateur
Type de décision:Pas de remarques
Date de clôture: 20/06/2012