Jury d'Ethique Publicitaire (JEP)

Le JEP, organe d’autodiscipline du secteur publicitaire, a été créé en 1974 par le Conseil de la Publicité. L’action d’autodiscipline du JEP est fondée sur la collaboration volontaire des annonceurs, des agences et des médias.

Le JEP agit pour le consommateur 

Le JEP a pour mission d’assurer une publicité loyale, véridique et socialement responsable. Il examine à cette fin la conformité du contenu des messages publicitaires avec les règles de l’éthique publicitaire, en se fondant sur les lois et les codes d’autodiscipline.

Le JEP prend à cœur chaque plainte 

Pour autant qu’ils agissent dans un but de défense des intérêts du consommateur et/ou de l’image de la publicité, les consommateurs, les associations socio-culturelles, les fédérations professionnelles et les pouvoirs publics peuvent introduire une plainte auprès du JEP à l’encontre d’un contenu publicitaire diffusé via les médias audiovisuels, la presse écrite, Internet, l’affichage, les folders et les supports publicitaires sur les points de vente.  Une seule plainte suffit pour que le JEP traite un dossier.

Les plaintes sont traitées gratuitement et sans formalisme 

La seule condition pour pouvoir introduire une plainte au JEP est de le faire par écrit et avec une motivation. 

Le JEP est rapide et efficace

Le JEP traite les dossiers qui lui sont soumis dans un délai d’environ 10 jours.  Ses décisions peuvent aller jusqu’à demander l’adaptation d’une publicité ou l’arrêt de sa diffusion en cas d’infractions avec des dispositions éthiques et/ou légales.  Les décisions du JEP sont respectées par les annonceurs et à défaut par les médias.

Le JEP assure une confidentialité totale au consommateur 

Si le JEP n’accepte pas les plaintes anonymes, il ne divulgue néanmoins jamais l’identité des plaignants qui sont donc assurés d’une totale confidentialité.

Le JEP travaille sur un modèle de confiance mutuelle  

Cette confiance est présente non seulement entre le JEP et le consommateur, mais aussi entre le JEP et le secteur publicitaire chargé de veiller au respect des décisions prises par le Jury.

Le JEP agit de façon proactive 

Les annonceurs, les agences et même les médias sont encouragés à solliciter auprès du JEP des avis préalablement à la diffusion de leurs campagnes.

La composition du JEP est paritaire et équilibrée

Le JEP est composé de façon paritaire.
Une moitié des membres est issue de la société civile (des personnes proposées par Unia, par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, par le Gezinsbond, par le Conseil de la Jeunesse de la Communauté Française et par The Shift, des personnes sélectionnées en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin et des personnes issues du barreau, du monde académique et de la recherche scientifique).
L’autre moitié des membres du JEP provient du secteur publicitaire (annonceurs, agences de communication et medias). 
Les membres du JEP siègent à titre personnel. 
Cette composition assure la neutralité du JEP lors de la prise de décision.

Le JEP est transparent

Toutes les décisions prises par le JEP sur la base de plaintes sont publiées sur le site du Jury (www.jep.be) après avoir été communiquées aux parties concernées (consommateur et annonceur). 
Le JEP ne communique cependant pas activement ses décisions à la presse à l’aide de communiqués de presse.

Le JEP est organisé de façon professionnelle

Les dossiers soumis au JEP sont instruits par son Secrétariat composé de deux juristes.  Le JEP a par ailleurs la possibilité de faire appel à des experts extérieurs. 
Les consommateurs et annonceurs, parties au dossier, disposent toujours de la possibilité d’interjeter appel de la décision prise par le Jury de première instance.

Le JEP est encadré au niveau européen

Le JEP est membre de l’EASA (European Advertising Standards Alliance) qui rassemble les organes d’autodiscipline publicitaire de différents pays. L’objectif de cette organisation est de promouvoir et de soutenir les systèmes actuels d’autodiscipline, de coordonner les actions des membres de l’Alliance en matière de traitement des plaintes transfrontalières, de donner des informations sur l’autodiscipline en Europe et de réaliser des enquêtes auprès de ses membres pour faire le point sur le respect de certains principes dans la publicité.